Ecoutez Radio Sputnik
    G7

    La volonté de Trump de revenir au format du G8 avec la Russie, «une pique» pour l’Europe

    © AFP 2018 MIGUEL MEDINA
    International
    URL courte
    27624

    Donald Trump a proposé de revenir au format du G8 avec la Russie. De quoi cette déclaration est-elle révélatrice : d’une volonté réelle ou d’une aspiration à «se montrer» devant ses partenaires au sein du G7? Dans une interview accordée à Sputnik, un professeur de l’École des hautes études en sciences économiques de Russie l’examine à la loupe.

    Dans une interview accordée à Sputnik, Alexeï Portanskiy, professeur de l'École des hautes études en sciences économiques et chercheur senior de l'Institute of World Economy and International Relations, évoque les éventuelles raisons qui auraient poussé le Président américain à parler de la nécessité de la réintégration de la Russie au sein du G8.

    «Je ne crois pas que Trump ait évoqué cette initiative par amour pour la Russie (souvenons-nous des sanctions), mais juste pour se montrer devant ses partenaires au sein du G7: "je dirai encore ça, comment le prendrez-vous?" Trump est ainsi de nature. Je n'y chercherais pas de sens politique profond. Il mène une politique de sanctions à l'encontre de la Russie, qui est trop inopportune pour nous. Voici pourquoi sa proposition est vraiment une pique pour ses partenaires européens.»

    Alors que les États-Unis viennent d'introduire de nouveaux tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium importés des pays de l'Union européenne, du Canada, du Mexique, de la Corée du Sud et d'autres pays, le sommet du G7 ne sera pas l'occasion de mettre fin aux controverses entre les États-Unis et l'Union européenne, estime M.Portanskiy:

    «La position du Japon et du Canada est proche de celle de l'Union européenne. Les sanctions imposées par l'administration de Trump affectent et le Canada, et l'UE, et le Japon. Le plus important, c'est qu'elles enfreignent les lois du commerce international, des lois de l'OMC. C'est pourquoi l'indignation des Européens et des Canadiens est compréhensible.»

    M.Portanskiy estime que l'approbation de certaines déclarations sans la participation de Donald Trump est possible puisque «c'est une conséquence directe du mécontentement des Européens à cause des nouveaux tarifs douaniers.»

    Et de poursuivre:

    «Trump fait voler en éclat les lois du commerce international, ce qui est dangereux pour le futur.»

    Le professeur de l'École des hautes études en sciences économiques revient sur les années 2002-2003, où les États-Unis avaient également augmenté les tarifs douaniers sur l'acier. Plusieurs pays avaient alors porté plainte à l'OMC et les États-Unis avaient dû annuler leur décision, mais cette situation était plus simple, alors qu'aujourd'hui personne ne connaît les raisons pour lesquelles Trump l'a fait, estime l'expert.

    Il est probable, que le Président américain aspire ainsi à favoriser la production nationale d'acier avant les élections de mi-mandat qui arrivent pour plaire aux électeurs des États-Unis, avance M.Portanskiy.

    «Il ne faut pas croire que toutes les mesures inventées par Trump ou par son administration, soient absolument adéquates et y chercher un sens profond. De plus, il peut changer d'avis.»

    Et d'expliquer:

    «Par exemple, quand il est arrivé à la Maison-Blanche, le premier décret qu'il a signé, concernait la sortie de l'accord du Partenariat Trans-Pacifique, et aujourd'hui il étudie une proposition […] de peut-être y revenir. Ce n'est pas vraiment sérieux. Donc, il est difficile d'analyser une telle politique.»

    Lire aussi:

    Les tarifs US contredisent le droit international, selon le ministre allemand des Finances
    Les débats au G7 sur le commerce «extrêmement productifs», selon Trump
    Trump propose de créer une zone de libre-échange dans le cadre du G7
    Tags:
    Donald Trump, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik