Ecoutez Radio Sputnik
    Usine de phénol à Toretsk

    Grave accident dans un dépôt de déchets chimiques en Ukraine

    © CC BY-SA 3.0 / Erud / Dzerzhynsk Phenol Plant
    International
    URL courte
    9135
    S'abonner

    Un dépôt de déchets toxiques, situé dans une zone du Donbass contrôlée par l'armée ukrainienne, a subi un accident susceptible d'entraîner la contamination de la région.

    Le barrage entourant un dépôt de déchets chimiques dans la ville de Toretsk (sud-est de l'Ukraine) a commencé à se détruire, a annoncé le ministère ukrainien des Territoires temporairement occupés.

    «Nous avons enregistré la destruction du barrage d'un dépôt arrière de l'usine de phénol à Toretsk», a indiqué le ministère sur sa page Twitter.

    Située sur la dénommée «ligne de séparation» entre troupes gouvernementales et milices populaires du Donbass, le dépôt contient actuellement 270 tonnes de déchets, soit 90% de son volume. La ville de Toretsk est contrôlée par les forces des autorités de Kiev.

    Des spécialistes ont prélevé des échantillons de sols et d'air dans la zone du dépôt accidenté. Des cours d'eau avoisinants devront également être examinés pour établir s'ils sont contaminés par d'éventuelles fuites de substances toxiques.

    Les indépendantistes de la «république populaire» de Donetsk ont qualifié les rapports du ministère ukrainien d'intox. Selon eux, la partie ukrainienne cherche un prétexte pour ne pas retirer ses forces de la «ligne de séparation».

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    La loi de la jungle: un python tué par le ratel qu’il étranglait à cause de l’intervention d’un chacal – vidéo
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Tags:
    barrages, matières toxiques, destruction, déchets, Toretsk, Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik