International
URL courte
Sommet entre Trump et Kim à Singapour (80)
5500
S'abonner

La situation dans la péninsule de Corée évolue dans le sens suggéré par Moscou et Pékin. Il s’agit notamment d’un règlement par étapes du problème nucléaire de la Corée du Nord, dont l’affaiblissement des sanctions visant Pyongyang, à titre d’encouragement de ce dernier. Sputnik s’en est entretenu avec des politologues russe et chinois.

La suggestion d'affaiblir les sanctions visant la Corée du Nord est tout à fait raisonnable, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Liu Chao, de l'Académie des sciences sociales du Liaoning.

«Les efforts déployés par la Corée du Nord dans le sens de la dénucléarisation sont parfaitement évidents. Il s'agit notamment du démantèlement par Pyongyang d'un champ d'essais nucléaires en mai dernier. Par ailleurs, le 12 juin, Pyongyang a explicitement fait part dans la déclaration conjointe adoptée à l'issue du sommet de Singapour de sa ferme détermination à réaliser la dénucléarisation de la péninsule», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

La médiation et les garanties de la Chine sont indispensables à la mise en application de la principale entente intervenue à Singapour, notamment la dénucléarisation de la péninsule coréenne en échange des garanties de sécurité pour la Corée du Nord, a souligné pour sa part Alexandre Lomanov, de l'Institut russe de l'Extrême-Orient, ajoutant à cette occasion que la déclaration de Washington sur les prochaines surtaxes visant les exportations chinoises était inopportune.

«L'aspiration des Américains à faire parallèlement des pressions politiques, à nuire à l'économie chinoise et à s'assurer du soutien de la Chine pour le règlement du problème nord-coréen […] risque de ne pas être comprise à Pékin», a prévenu l'expert.

Et de rappeler qu'on exigeait à présent de la Corée du Nord des démarches réelles en échange de promesses américaines.

«L'espoir de voir Pyongyang se désarmer contre des garanties verbales de l'Amérique relève de l'irréel. S'il s'agit de garanties sérieuses fournies par des pays tiers, et en premier lieu par la Chine, Pékin pourra faire valoir les intérêts de sa propre sécurité», a relevé M.Lomanov.

Selon ce dernier, la Chine pourrait réclamer tant le retrait du système de défense antimissile de haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) que la réduction de toute la présidence militaire des États-Unis en Corée du Sud.

Et de conclure que sans la participation de la Chine, qui est historiquement très étroitement liée avec la Corée du Nord, toute entente entre Washington et Pyongyang serait parfaitement impossible.

Dossier:
Sommet entre Trump et Kim à Singapour (80)

Lire aussi:

Macron nomme Jean Castex Premier ministre
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Édouard Philippe démissionne du gouvernement
Tags:
garanties, promesses, retrait, accord, sécurité, système antimissile THAAD, Sputnik, Liu Chao, Alexandre Lomanov, Pyongyang, Singapour, Washington, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook