Ecoutez Radio Sputnik
    Tommy Robinson

    Pourquoi Tommy Robinson a-t-il une nouvelle fois été condamné par la justice britannique?

    © REUTERS / Simon Dawson
    International
    URL courte
    10020

    Condamné fin mai à 13 mois de prison ferme pour avoir enfreint l'interdiction de filmer le procès de pédophiles d'origine indo-pakistanaise, Tommy Robinson est devenu une personne emblématique pour ceux qui luttent contre l'islamisation de l'Europe. Malgré leurs protestations, la justice britannique maintient sa décision.

    Les milieux identitaires dans plusieurs pays d'Europe s'indignent du fait que le militant nationaliste britannique Tommy Robinson, qui voulait attirer l'attention sur le procès pour viols commis sur des enfants par des hommes d'origine indo-pakistanaise et de religion musulmane, reste en prison.

    Rappelons que Tommy Robinson, connu pour ses prises de position critiques envers l'islam radical et la charia, a été interpellé le 25 mai par la police devant le tribunal de Leeds où se tenait le procès en question. La justice a agi rapidement et, quelques heures après son interpellation, l'a condamné à dix mois de prison pour avoir enfreint l'interdiction judiciaire de faire la publicité du procès sur son compte Facebook. Comme il avait déjà fait déjà l'objet d'une condamnation avec sursis pour la couverture d'un procès similaire en 2017, une peine de trois mois d'emprisonnement a été cumulée à celle de dix prononcée en mai 2018.

    Bien que la loi enfreinte par Tommy Robinson ait pour but de protéger les accusés dans le cadre de la présomption d'innocence, les soutiens du militant considèrent quand même son arrestation comme une atteinte à la liberté d'expression. Le fait que sa vidéo publiée sur Facebook a déjà été vue près de quatre millions de fois en dit long sur l'intérêt qu'il suscite chez ses sympathisants.

    À ce jour, plus de 600.000 personnes ont signé la pétition exigeant de Theresa May la libération de Tommy Robinson. En outre, pour protester contre sa détention, des centaines de personnes se sont réunies le 9 juin près de Trafalgar Square dans le centre de la capitale en scandant le nom du militant et en lançant des fumigènes contre des policiers.

    Quant aux hommes politiques, le député Petr Bystron, du parti anti-immigration Alternative pour l'Allemagne (AfD), a même appelé les autorités de son pays à accorder à Tommy Robinson l'asile politique en Allemagne. Gerard Batten, leader du parti souverainiste UKIP et député européen, lui, a qualifié le Royaume-Uni d'«État policier». En France, des députés de Les Républicains (LR) et du Rassemblement national (RN) expriment aussi leur indignation.

    Pourtant, les autorités britanniques n'ont pas l'intention de céder à ces pressions et, selon certains médias, durcissent les conditions de son détention. À en croire Valeurs Actuelles, le militant aurait été récemment transféré de la prison de Leeds vers une autre prison peuplée en grande partie par des détenus musulmans qui l'auraient accueilli par des sifflets et des menaces.

    Lire aussi:

    En quoi les accusations d'empoisonnement de Skripal contre la Russie profitent à Londres
    Amis depuis 60 ans, ils découvrent qu'ils sont frères biologiques
    Maroc: la peine la plus lourde pour les meneurs de la rébellion
    Tags:
    Tommy Robinson, Royaume-Uni, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik