Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Pourquoi la Russie retire-t-elle son argent de la dette publique américaine?

    © Sputnik . Sergej Guneew
    International
    URL courte
    2015315

    En l'espace d'un mois, la Russie a divisé par deux ses investissements dans les obligations publiques américaines - une vente sans précédent. A présent, la part des obligations dans les réserves du pays ne dépasse pas 10%.

    D'après les informations publiées par le ministère américain des Finances, la Banque de Russie a vendu 47,5 milliards de dollars d'obligations américaines, et au 1er mai la Banque centrale n'en détenait plus que 48,7 de milliards de dollars.

    Au classement des détenteurs de la dette publique des USA, Moscou a immédiatement perdu six positions pour passer de la 16e à la 22e place.

    Et bien que la Russie n'ait jamais été en tête de cette liste, le montant actuel des obligations américaines dans le portefeuille de la Banque centrale russe peut être jugé dérisoire. En 2010 encore, les placements dans cet outil financier étaient trois fois plus importants et dépassaient 176 milliards de dollars.

    D'après les rapports de la Banque de Russie, près de 30 milliards de dollars retirés des obligations américaines ont été déposés à l'étranger. Les 17 milliards restants ont été investis dans les titres de valeur d'autres pays.

    Une décision stratégique

    Les sanctions décrétées par Washington en avril contre Moscou constituent l'une des principales raisons de cette vente. A la même époque était également évoquée la possibilité de restrictions vis-à-vis de la dette publique russe.

    La Banque centrale laisse clairement entendre que Moscou n'a pas l'intention de financer le budget d'un État qui mène une politique franchement hostile.

    Toutefois, cette décision paraît également logique d'un point de vue économique, et pas seulement politique. Après l'adoption de sanctions contre la compagnie Rusal et d'autres entreprises russes, le marché financier russe a subi un choc.

    «Dans un scénario négatif, l'affaire pourrait se solder par un gel des actifs, comme ce fut déjà le cas du Kazakhstan et de l'Iran. C'est pourquoi les autorités financières du pays ont pris des mesures d'urgence pour la réorganisation du portefeuille de change», explique Andreï Vernikov, directeur adjoint pour l'analyse d'investissement chez Zerich Capital Management.

    Enfin, la vente d'obligations représente une diminution de la dépendance financière envers les USA. La Russie, comme d'autres pays, préfère de plus en plus l'or à la dette américaine. Dans les réserves de change russes, l'or a atteint un record de 18%. Les investissements russes dans ce métal précieux avoisinent ceux effectués dans le dollar. L'accumulation d'or est à la fois une protection contre les risques monétaires, une assurance contre les sanctions et, évidemment, un moyen de gagner de l'argent.

    Le marché secoué

    Les analystes font remarquer que la vente en question est sans précédent pour tout le marché de la dette publique américaine.

    Fin avril, le rendement des obligations américaines sur 10 ans atteignait la barre critique de 3%, ce qui avait provoqué une chute des actifs. Selon les économistes, ce rendement, qui n'a pas été observé depuis 2008, ne promet rien de bon à l'économie américaine. Dans cette situation, les acteurs commencent à prendre en compte la perspective d'une augmentation des taux. Or, comme le suppose l'investisseur milliardaire et «roi des obligations» Jeffrey Gundlach, cela réchauffe les craintes d'un effondrement éminent du marché.

    «La Fed est disposée à poursuivre l'augmentation de son taux d'intérêt, par conséquent le rendement des obligations américaines continuera de grimper. Par conséquent, leur valeur diminuera», indique Andreï Kotchetkov, analyste chez Otkrytie Broker.

    La Russie n'est pas la seule responsable de la hausse du rendement des obligations américaines. Ces dernières ont également été vendues par le Japon, deuxième plus grand détenteur de dette américaine. Leur montant dans les réserves du pays a atteint son minimum depuis octobre 2011, et Tokyo se débarrasse de ces actifs depuis trois trimestres consécutifs.

    La Chine achèvera-t-elle définitivement le marché de la dette publique US?

    Les analystes avaient averti que si Washington ne renonçait pas à une guerre commerciale contre la Chine, cette dernière pourrait emboîter le pas à la Russie avec des montants de vente similaires. Or nous sommes en plein dans la guerre. Donald Trump a instauré une taxe de 25% sur les importations de Chine pour un montant de 50 milliards de dollars par an. La Chine a riposté par une taxe de 25% sur 659 produits importés des USA.

    Fin mars déjà, Pékin avait mis en garde Washington contre le risque d'une guerre commerciale. La Chine est le plus grand détenteur de dette américaine — soit plus de 1.000 milliards de dollars. La vente de ces actifs pourrait avoir les conséquences les plus destructrices.

    En 2017, la Chine avait déjà vendu une quantité record d'obligations publiques américaines en apportant une grande contribution à la hausse de leur rendement. Si la vente continuait, cela coûterait cher à l'économie américaine.

    Avant tout, le coût des emprunts augmenterait, ce qui porterait un préjudice direct aux affaires. De plus, d'autres pays pourraient suivre l'exemple de la Chine. Dans ce cas, le dollar subirait des pertes en matière de statut et se rapprocherait davantage de la perte de son rôle central dans le système financier mondial.

    Lire aussi:

    Œil pour œil: la Chine prépare la plus grande vente d'obligations américaines
    Pourquoi les investisseurs ne considèrent-ils plus le dollar comme un actif de protection?
    La Russie serait prête à renoncer à ses obligations européennes
    Tags:
    États-Unis, argent, dette publique américaine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik