International
URL courte
9670
S'abonner

Les députés hongrois ont approuvé une législation pénalisant toute assistance à une personne entrée illégalement en Hongrie en venant d'un pays qui n'appartient pas à l'espace Schengen.

Le parlement hongrois a adopté mercredi un ensemble de lois dénommé «Stop-Soros» qui pénalise l'aide apportée par des organisations non gouvernementales aux migrants clandestins.

La nouvelle législation, qui vise selon ses auteurs «les organisateurs de l'immigration illégale», a été approuvée par 160 voix contre 18.

En vertu de la loi, les ONG qui aident les migrants et reçoivent des fonds de l'étranger devront reverser 25% de ces fonds sous forme de taxe à l'État. Elles devront également obtenir une autorisation de mener leurs activités auprès du ministère de l'Intérieur qui pourrait la leur refuser pour des raisons de «sécurité nationale».

Dans le même temps, les législateurs instituent une peine allant jusqu'à un an de prison pour toute personne portant assistance à une personne entrée illégalement en Hongrie depuis un pays n'appartenant pas à l'espace Schengen, si la vie de l'intéressé n'est pas en danger.

Défendue par le Premier ministre national-conservateur Viktor Orban, la loi est officiellement qualifiée d'«anti-Soros» du nom de George Soros, milliardaire US d'origine hongroise qui finance des organisations de défense des droits de l'Homme en Europe centrale.

Le Haut-commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR) avait appelé fin mai la Hongrie à «retirer» le paquet législatif en question au motif que ce dernier «restreindrait de façon significative la capacité des ONG et des individus à soutenir les demandeurs d'asile et les réfugiés».

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
parlement, immigration clandestine, ONG, migrants, Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Viktor Orban, George Soros, Espace Schengen, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook