Ecoutez Radio Sputnik
    Le Kremlin

    The National Interest désigne l'erreur fatale de la politique américaine envers la Russie

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    15641

    L'expansion de l'Otan à l'Est a été «l'erreur la plus fatale de la politique américaine durant toute la période de l'après-Guerre froide», telle est l’opinion de Dave Majumdar, le rédacteur de la rubrique militaire du magazine The National Interest.

    Le rédacteur de la rubrique militaire du magazine The National Interest, Dave Majumdar, a évoqué dans un article la faute politique la plus grave de Washington envers la Russie.

    Selon lui, la politique expansionniste de l'Otan à l'Est a considérablement aggravé les relations entre Moscou et Washington. L'élargissement de l'alliance ayant semé «des germes d'inimitié» entre les Russes et les Américains, a développé l'auteur.

    Il est ainsi d'avis que l'expansion de l'Otan à l'Est a été «l'erreur la plus fatale de la politique américaine durant toute la période de l'après-Guerre froide».

    Les actions de l'Otan ont également contribué à l'émergence de «tendances anti-occidentales dans la société russe» et ont fait renaître l'esprit de la Guerre froide, indique le journaliste.

    «La Maison-Blanche a réussi à élargir l'Otan, mais elle n'a pas réussi à intégrer la Russie dans une nouvelle structure de sécurité transatlantique», a-t-il souligné.

    En outre, l'expansion de l'Otan sous Bill Clinton «a ouvert la voie à une confrontation avec Moscou» et les actions de l'Otan pendant la présidence de George W. Bush «ont mis les relations bilatérales à leur niveau le plus bas depuis la Guerre froide», a conclu l'auteur.

     

    Lire aussi:

    Stoltenberg: l’Otan déterminée à améliorer ses relations avec la Russie
    L'Otan craintif face aux sous-marins russes?
    Sommet OTAN: face à la Russie, «une tête gigantesque avec des pieds fragiles»
    Tags:
    politique, OTAN, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik