Ecoutez Radio Sputnik
    Logo Officiel du Secrétariat permanent du G5 Sahel

    Le QG du G5 Sahel dans le centre du Mali a été attaqué, six tués

    CC BY-SA 4.0 / Aziz L Mamy / Logo Officiel du Secrétariat permanent du G5 Sahel
    International
    URL courte
    61311

    Le quartier général de la force régionale G5 Sahel dans le centre du Mali a été victime d'une attaque, selon des sources locales et de l'Onu. Le drame a fait six morts, a précisé une source hospitalière.

    Le quartier général de la force régionale G5 Sahel dans le centre du Mali a été victime ce vendredi d'une attaque de la part d'assaillants inconnus, ont communiqué à Reuters des sources locales et celles de la mission de la paix des Nations unies.

    «Il y a eu une très forte détonation» suivie d'échanges de tirs d'armes automatiques, a indiqué pour sa part l'AFP, se référant à des habitants.

    L'attaque a fait six morts, a précisé une source hospitalière.

    La première attaque contre ce quartier général de la force conjointe intervient à trois jours d'une rencontre à Nouakchott, en marge du sommet de l'Union africaine dans la capitale mauritanienne, entre le Président français Emmanuel Macron et ses homologues du G5 Sahel.

    La force militaire africaine est composée de militaires du Mali, du Niger, du Burkina Faso, du Tchad et de la Mauritanie. Elle a été mise en place en 2017 sous les auspices de la France, dans le but de lutter contre le terrorisme dans cette région, en plus des forces françaises et américaines déployées dans cet espace géographique dans le même but.

    Lire aussi:

    Force G5 Sahel: reprise des opérations antiterroristes en octobre?
    Macron à Bamako: le G5 Sahel doit prouver son efficacité contre le terrorisme
    Les pays africains demandent à l’UE 50 M EUR pour créer des forces antiterroristes
    Tags:
    attaque, G5 Sahel, Reuters, AFP, ONU, Union africaine (UA), Emmanuel Macron, Nouakchott, Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik