Ecoutez Radio Sputnik
    image d'illustration

    Sécheresse en Iran: Téhéran montre du doigt le responsable

    CC BY 2.0 / Modern Event Preparedness / drought
    International
    URL courte
    15373

    Alors que l’Iran est confronté depuis plusieurs années au problème de la sécheresse, un responsable de la défense civile de ce pays considère que c’est Israël et un autre pays de la région qui se cachent derrière les changements climatiques que connaît le pays.

    C’est l’État hébreu qui est derrière les changements climatiques dans la République islamique, est persuadé le commandant de l’organisation de défense civile iranienne Gholam Reza Jalali. Il dit fonder ses propos sur les conclusions tirées par plusieurs centres scientifiques iraniens qui constatent qu’une ingérence étrangère est à l’origine du changement du climat dans le pays.  

    «Des groupes unifiés d’Israël et d’un autre État voisin privent d’humidité les nuages en route vers l’Iran», a-t-il déclaré cité par l’agence Tsanim. 

    Et de préciser que des chercheurs ont procédé à une expérience dans le cadre de laquelle ils ont étudié le climat sur une bande de territoire allant de l’Afghanistan à la mer Méditerranée et ont conclu que dans tous les pays de la région, sauf en Iran, les hauteurs situées à une altitude supérieure à 2.200 mètres étaient couvertes de neige.  

    Plus tôt, le ministère de l’Énergie de la République islamique avait annoncé le lancement d’un projet destiné à lutter contre la sécheresse dans le pays par le biais de la formation artificielle de nuages.  

    Dans le contexte du problème de la sécheresse auquel l’Iran est confronté, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu a promis de venir en aide au peuple de ce pays et ce en traduisant vers le farsi et en publiant en ligne les technologies avancées de gestion de l’eau qui permettraient à des millions d’Iraniens de lutter contre la sécheresse.

    Lire aussi:

    Comment et dans quel but Israël «vole» des nuages à l’Iran?
    La sécheresse étouffe le monde
    Le mystère de la disparition de la civilisation maya n’en est plus un
    Tags:
    sécheresse, réchauffement climatique, climat, Gholam Reza Jalali, Méditerranée, Afghanistan, Iran, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik