International
URL courte
Empoisonnement à Amesbury (26)
19318
S'abonner

Malgré l'annonce faite par la police que le couple hospitalisé ce mercredi à Salisbury suite à l'exposition à une «substance inconnue» à Amesbury présenterait des «symptômes similaires» à ceux de l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille, les autorités britanniques n'y voient aucun lien.

Londres ne voit aucune similitude entre l'empoisonnement de l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille et celui du couple d'Amesbury, a déclaré le ministre de la Sécurité britannique Ben Wallace.

Selon le ministre britannique de la Santé Jeremy Hunt, l'empoisonnement de deux Britanniques par l'agent innervant «Novitchok» ressemble à un malheureux effet secondaire suite à la tentative de meurtre en mars dernier d'un ancien agent russe et de sa fille.

Le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, a pour sa part précisé que le couple ne s'était rendu à aucun endroit lié aux Skripal.

«Nous avons nettoyé minutieusement tous les sites contaminés à Salisbury, ils ne représentent aucun danger», a-t-il assuré.

Deux personnes, un homme et une femme, toutes deux quadragénaires, ont été retrouvées inconscientes samedi 30 juin dans une habitation dans la ville d'Amesbury (sud de l'Angleterre). Scotland Yard a annoncé c que le couple avait été empoisonné par l'agent innervant «Novitchok».

Amesbury est une ville voisine de Salisbury, où, le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial.Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

Dossier:
Empoisonnement à Amesbury (26)

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
La police marocaine attaquée en tentant d’arrêter un trafiquant présumé, 20 kg d’or saisis - photos
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook