Ecoutez Radio Sputnik
    President Donald Trump and German Chancellor Angela Merkel participate in a joint news conference in the East Room of the White House in Washington

    Quelle réponse pour les USA face au refus allemand d'augmenter leur budget militaire?

    © AP Photo / Pablo Martinez Monsivais
    International
    URL courte
    16251

    Selon une source diplomatique à Bruxelles, les États-Unis pourraient forcer le rapatriement de 35.000 militaires américains des bases de l'Otan situées sur le territoire allemand, en réponse au refus de l’Allemagne d’augmenter son budget militaire.

    Si Berlin refuse d'augmenter son budget militaire, les États-Unis pourraient menacer l'Allemagne de retirer 35.000 unités militaires américaines postées sur des bases de l'Otan en territoire allemand, a déclaré à Sputnik une source diplomatique à Bruxelles.

    Le sommet de l'OTAN se tiendra à Bruxelles les 11 et 12 juillet prochains et comme prévu, le président américain Donald Trump devrait exiger que les alliés s'engagent à augmenter leurs dépenses dans le domaine de la défense d'ici le milieu de l'année 2020 afin d'atteindre l'objectif requis de 2% du PIB.

    La décision d'augmenter les dépenses en matière de défense pour les pays de l'Otan avait été prise lors du sommet de Bucarest en 2014 et Trump a d'ores et déjà exhorté à plusieurs reprises ses alliés à tenir leurs engagements, menaçant de réduire la participation américaine aux programmes de sécurité générale en représailles.

    Mi-juin, la chancelière allemande Angela Merkel avait déclaré que l'Allemagne augmenterait ses dépenses en défense sur les dix prochaines années: en 2019, le budget militaire allemand atteindra 1,34% du PIB, 1,5% d'ici à 2025.

    Angela Merkel et Emmanuel Macron
    © REUTERS / Guido Bergmann/Courtesy of Bundesregierung
    Selon ses sources, le Washington Post indique que face à l'escalade des tensions entre Trump et Merkel, le Pentagone analyserait déjà le coût et les conséquences d'un retrait ou d'un rapatriement à grande échelle des troupes américaines basées en Allemagne. Selon les interlocuteurs du journal, lors d'une réunion avec ses conseillers Donald Trump a été impressionné par le volume du contingent américain et s'est plaint que d'autres pays investissent si peu dans la sécurité générale en ne dépensant pas assez pour la défense. Des sources ont souligné que le Pentagone étudiait encore les différentes sanctions possibles.

    Une information qui n'a pas tardé à alarmer les responsables européens qui, toujours selon le journal, tenteraient désormais de comprendre si Trump a réellement l'intention de retirer du personnel militaire du sol allemand ou si ce n'est qu'une simple tactique de négociation avant le prochain sommet de l'Otan.

    La Maison Blanche a déclaré qu'ils n'avaient pas demandé au Pentagone de mener une analyse des conséquences du retrait des troupes d'Allemagne, une telle étude étant pourtant la norme. Le porte-parole du ministère de la Défense a à son tour a déclaré que de telles analyses étaient bien en cours, mais a cependant nié la possibilité d'un retrait total ou partiel des troupes américaines en Allemagne.

    Selon les médias, les Etats-Unis compteraient à l'heure actuelle près de 60.000 militaires basés en Europe, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg et en Italie.

    Lire aussi:

    Le Pentagone envisagerait le retrait des troupes US de l’Allemagne
    Le prétexte pour accroître les dépenses de défense de l’Otan annoncé par Merkel
    Sommet de l'Otan: Trump envoie des lettres d'alerte aux leaders européens
    Tags:
    sécurité, étude, PIB, défense, Angela Merkel, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik