Ecoutez Radio Sputnik
    Smog à Pékin

    Une nouvelle menace pour l’humanité découverte en Chine

    © AP Photo / Andy Wong
    International
    URL courte
    192190

    Une association écologiste américaine a accusé la Chine d'utiliser secrètement des chlorofluorocarbures, gaz qui détruisent la couche d'ozone et qui sont interdits au niveau international.

    Une vingtaine d'usines chinoises utilisent pour leurs activités des chlorofluorocarbures (CFC) interdits par le protocole de Montréal signé en 1987, affirme l'Agence d'enquête environnementale (Environmental Investigation Agency, EIA) établie aux États-Unis.

    Selon un rapport de l'Agence, 18 usines implantées dans dix provinces chinoises ont reconnu continuer à utiliser des chlorofluorocarbures en dépit de l'interdiction internationale, bien que la Chine ait affirmé avoir mis un terme à cette pratique en 2007.

    Le protocole de Montréal a été signé en vue de supprimer les CFC tenus pour responsables de la formation du «trou» dans la couche d'ozone qui protège la Terre de rayons qui provoquent notamment des cancers de la peau.

    En se faisant passer pour des clients potentiels, des membres de l'EIA ont réussi à apprendre aux employés des entreprises concernées que la majorité du secteur chinois de la mousse en polyuréthane utilisait des CFC et exportaient les produits ainsi fabriqués en Asie ou au Moyen-Orient.

    Selon BBC News, s'il s'avère que l'utilisation des CFC est omniprésente en Chine, cela risque d'entraîner l'épuisement de la couche d'ozone pour des décennies.

    Lire aussi:

    Pékin, futur maître du jeu au Moyen-Orient?
    Pékin et Washington n'ont pas réussi à s'entendre pour arrêter la guerre commerciale
    L'industrie syrienne se réveille de son sommeil
    Tags:
    chlorofluorocarbures (CFC), couche d'ozone, écologie, Agence d'enquête environnementale (Environmental Investigation Agency, EIA), Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik