Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump et Vladimir Poutine

    Trump s'est plaint à Poutine de ses «stupides» conseillers

    © Sputnik . Mikhail Klimentyev
    International
    URL courte
    221166

    À la veille de la future rencontre Poutine-Trump à Helsinki, The New York Times rappelle qu’en mars dernier le Président US avait reçu avec scepticisme le conseil des responsables de la Maison-Blanche de ne pas appeler le chef du Kremlin lors de sa réélection. Pour Donald Trump, cette recommandation avait été faite par «des gens stupides».

    Donald Trump a qualifié de «stupides» ses conseillers qui lui avaient recommandé de ne pas téléphoner à son homologue russe Vladimir Poutine pour le féliciter à l'occasion de sa victoire lors des élections présidentielles russes de mars 2018, rapporte le journal The New York Times.

    En mars dernier, Washington avait entamé une conversation téléphonique entre Donald Trump et Vladimir Poutine. Par la suite, il avait été révélé que les conseillers à la sécurité nationale du Président américain lui avaient d'abord demandé de ne pas appeler Moscou, et plus tard de ne pas adresser ses félicitations à Vladimir Poutine lors de sa réélection à la tête de la Russie.

    Le locataire de la Maison-Blanche ne s'est pas contenté d'ignorer leurs recommandations, mais a également avoué à Vladimir Poutine «qu'il s'agissait de gens stupides qu'il ne faut pas consulter».

    Les Présidents russe et américain se rencontreront le 16 juillet prochain à Helsinki, en Finlande, pour évoquer les perspectives de développement des relations bilatérales et des dossiers internationaux d'actualité. Ce sera la première rencontre «grand format» des deux dirigeants hors de forums internationaux. MM.Trump et Poutine se sont croisés pour la première fois à Hambourg en 2017 en marge du sommet du G20 avant de s'entretenir au Vietnam lors d'un sommet de l'Association des pays de coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC).

    Les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont envenimées en raison de la crise en Ukraine et de l'adhésion de la Crimée à la Russie. L'Occident a adopté des sanctions contre Moscou qui a réagi en optant pour la réduction des importations. La Russie a plusieurs fois qualifié le langage des sanctions de contre-productif.

    Lire aussi:

    Trump dévoile les thèmes de sa rencontre avec Poutine à Helsinki
    May ou Poutine? Trump précise quel interlocuteur serait plus facile pour lui
    Ni ami, ni ennemi: Donald Trump définit qui est Vladimir Poutine pour lui
    Tags:
    présidence américaine, Donald Trump, Vladimir Poutine, Helsinki, Finlande, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik