Ecoutez Radio Sputnik
    La Sede de la OTAN

    Berlin répond à la demande de Trump d’accroître les dépenses militaires de l’Otan

    © Sputnik . Uriy Somov
    International
    URL courte
    19513

    Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a affirmé que c’est le respect de l’ordre international qui rendra le monde plus sûr, plutôt que l’augmentation des dépenses militaires des pays de l’Otan à 4% de leur PIB, proposée par Donald Trump lors du sommet de l’Alliance.

    L'augmentation des dépenses militaires des pays membres de l'Otan à 4% du PIB n'aidera pas à assurer la sécurité internationale, a annoncé le 14 juillet le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas.

    «Nous savons que la paix et la sécurité ne se font pas gratuitement. Mais 4% pour les dépenses de défense ne rendront pas notre monde plus sûr. Au lieu de cela, nous avons besoin de plus de respect pour les règles et l'ordre international», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

    ​Lors du sommet de l'Otan qui s'est déroulé les 11 et 12 juillet à Bruxelles, Donald Trump a appelé ses partenaires de l'Alliance atlantique à accroître leurs dépenses de défense à 4% du PIB. Le Président américain a également réclamé aux alliés, et à l'Allemagne en particulier, d'augmenter leurs budgets militaires afin de respecter leur engagement de les porter à 2% de leur PIB en 2024.

    Le locataire de la Maison-Blanche s'en était pris mercredi frontalement à l'Allemagne, accusée d'être «prisonnière» de la Russie pour ses approvisionnements en énergie.

    Lire aussi:

    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Des Gilets jaunes aspergés d’eau bleue à Paris, un moyen de «marquage»? (images)
    Une photo de Sputnik prise à Notre-Dame cause une avalanche internationale de fake news
    Tags:
    alliés, sommet, PIB, dépenses militaires, présidence américaine, OTAN, Heiko Maas, Donald Trump, Berlin, Russie, Bruxelles, États-Unis, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik