International
URL courte
11814
S'abonner

Lors de l’émission Face the Nation de la chaîne CBS News, Donald Trump a considéré l’Union européenne comme un adversaire des États-Unis et l’a comparée à la Chine et la Russie sur fond de litiges commerciaux entre Washington et Bruxelles.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision CBS News, Donald Trump a qualifié l'Union européenne d'ennemi des États-Unis. Un extrait a été publié sur le compte Twitter de l'émission Face the Nation.

«Je pense que l'Union européenne est notre adversaire, compte tenu de comment elle agit à notre égard dans le domaine commercial», a-t-il déclaré.

​M.Trump a également comparé l'UE à la Russie et la Chine.

«La Russie est un adversaire dans certains aspects. La Chine est un adversaire économique. Sans aucun doute, ils [les Européens, ndlr] sont des adversaires», a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, le chef d'État américain a rappelé l'excédent de plus de 150 milliards de dollars de l'UE dans le commence avec les États-Unis.

Le Président du Conseil européen, Donald Tusk, a déjà réagi à cette déclaration de M.Trump et lui a reproché de diffuser de «fausses nouvelles».

«L'Amérique et l'UE sont les meilleures amies. Celui qui dit que nous sommes des ennemis diffuse de fausses nouvelles», a-t-il écrit sur son Twitter.

​Les relations entre Bruxelles et Washington se sont refroidies après la décision de Donald Trump d'imposer des droits de douane sur l'acier et l'aluminium européens le 1er juin. L'UE a par la suite initié un litige à l'OMC et infligé des taxes de 25% sur certains biens américains.

Lire aussi:

Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
Tags:
commerce, taxes, droits de douane, ennemis, président, Organisation mondiale du commerce (OMC), Union européenne (UE), Donald Tusk, Donald Trump, Chine, Russie, Washington, Bruxelles, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook