International
URL courte
Sommet Trump-Poutine à Helsinki (28)
481513
S'abonner

Le chef du Kremlin a appelé à régler la situation autour du plateau du Golan, dont une grande partie est occupée par Israël, suite à la victoire sur les terroristes sur le sol syrien.

Après la victoire définitive sur les terroristes opérant en Syrie, il faudra régler le problème des hauteurs du Golan, a déclaré lundi le Président russe Vladimir Poutine à l'issue des entretiens avec son homologue américain Donald Trump à Helsinki.

«Suite à la défaite complète des terroristes dans le sud-est de la Syrie la situation sur les hauteurs du Golan doit être mise en conformité avec l'accord de 1974 sur le désengagement des forces israéliennes et syriennes», a indiqué le dirigeant russe.

Selon lui, cela devra permettre de restaurer la paix dans la région ainsi que de rétablir le régime de cessez-le-feu entre la Syrie et Israël et assurer de manière durable la sécurité de l'État hébreu.

«Monsieur le Président y a prêté aujourd'hui une attention particulière. Je souhaite réaffirmer l'attachement de la Russie à une telle évolution de la situation», a souligné le chef du Kremlin.

Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km² du plateau du Golan qui appartenait à la Syrie avant la guerre des Six Jours. En 1981, le parlement israélien a adopté la Loi sur les hauteurs du Golan, proclamant unilatéralement la souveraineté de l'État hébreu sur ce territoire. Le Conseil de sécurité de l'Onu a qualifié cette annexion d'illégale par sa résolution 497 adoptée le 17 décembre 1981. Environ 510 km² du plateau du Golan restent sous le contrôle du gouvernement syrien.

Dossier:
Sommet Trump-Poutine à Helsinki (28)

Lire aussi:

La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
En marche vers une nouvelle crise? La dette des entreprises explose... et est de moins bonne qualité
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Tags:
occupation, règlement, crise syrienne, lutte antiterroriste, Donald Trump, Vladimir Poutine, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook