Ecoutez Radio Sputnik
    Tir de missile

    Un média américain trouve une nouvelle cause d’une guerre nucléaire

    © REUTERS / Michael Peterson/USAF/Handout
    International
    URL courte
    15543

    Dans le cas d’une attaque contre des satellites américains effectuée par des avions de guerre électronique, Washington pourrait lancer une guerre nucléaire, indique The National Interest se référant à la «Revue de posture nucléaire» des États-Unis.

    Une mise hors service de satellites militaires américains par des avions de guerre électronique pourrait provoquer une riposte des États-Unis, y compris avec l'utilisation d'armes nucléaires, annonce la revue The National Interest.

    Ce scénario est prévu par la nouvelle doctrine américaine «Revue de posture nucléaire» («Nuclear posture review») publiée le 2 février 2018. Elle souligne le droit de Washington à utiliser l'arme nucléaire en réponse à une attaque cinétique ou une cyber-attaque contre les satellites américains, précise l'auteur de l'article.

    «Si la Russie est capable de mettre hors d'usage l'électronique des satellites américains et que la «Revue de posture nucléaire» reflète vraiment la politique des États-Unis, la mise hors service d'un satellite peut être considérée comme une action militaire suffisante pour justifier une réponse nucléaire», souligne The National Interest.

    Au début du mois de juillet, une source au sein du complexe militaro-industriel russe avait indiqué à Sputnik que Moscou développait un avion de guerre électronique capable de mettre hors d'usage des satellites militaires. Cet appareil doit remplacer l'Il-22PP Porubschik.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    «C’est une réforme pour la précarité»: la bourde de la ministre du Travail
    Tags:
    avion, guerre électronique, guerre nucléaire, satellite, Il-22PP, Washington, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik