Ecoutez Radio Sputnik
    7.000 civils sortis de villes assiégées en échange de 1.500 terroristes relâchés par Damas

    7.000 civils sortis de villes assiégées en échange de 1.500 terroristes relâchés par Damas

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    5213

    7.000 civils syriens seront libérés sous peu en échange de la remise en liberté de 1.500 terroristes aux termes d’un accord conclu le mardi 17 juillet entre Damas et les radicaux, annonce Sputnik, se référant à ses sources.

    Mardi 17 juillet, un accord a été trouvé entre le gouvernement syrien et les radicaux concernant la libération de personnes retenues dans le village d'Eshtabraq, d'habitants des villes de Foua et de Kefraya dans la province d'Idlib, ainsi que de civils du district d'Al-Iss dans le sud de la province d'Alep, a appris Sputnik auprès de ses sources.

    7.000 civils sortis de villes assiégées en échange de 1.500 terroristes relâchés par Damas
    © Sputnik . BASSEL SHARTOUH
    7.000 civils sortis de villes assiégées en échange de 1.500 terroristes relâchés par Damas

    Aux termes de cet accord, 7.000 civils syriens seront libérés en échange de la remise en liberté de 1.500 terroristes.

    Les villes de Foua et de Kefraya sont en état de siège déjà depuis plus de quatre ans. Selon l'agence syrienne Sana, les habitants de ces villes redoutent l'attaque de terroristes sur la colonne de civils qui seront évacués. En avril 2017, un kamikaze s'est fait exploser tout près des bus qui transportaient des habitants de Foua et de Kefraya. Cette attaque a fait 120 morts, des enfants pour la plupart.

    Lire aussi:

    Début de l’évacuation de villes syriennes assiégées
    Des ambulances participent à l’évacuation les habitants de Foua et de Kefraya
    Attaque contre un convoi d'évacuation à Alep: le bilan s'alourdit à 118 morts
    Tags:
    kamikaze, terroristes présumés, siège, libération, Sputnik, gouvernement syrien, Kefraya, Al-Fu'ah, Idlib, Alep, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik