Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel

    Pour Trump, Merkel n’est plus une «superstar»

    © AP Photo / Michael Kappeler
    International
    URL courte
    1143

    Après avoir accusé le gouvernement allemand d'être «prisonnier» de Moscou du fait de ses importations de gaz et de pétrole russes, Donald Trump s’en est de nouveau pris à la chancelière Angela Merkel, la privant de son titre de «superstar».

    Au cours d'une interview accordée à la chaîne Fox News, Donald Trump a avoué qu'il ne traitait plus Angela Merkel de «superstar». Selon lui, la crise migratoire, à laquelle les autorités de Berlin n'ont pas su faire face, en est la cause.

    «Angela était une superstar jusqu'à ce qu'elle laisse des millions de ces personnes [les migrants, ndlr] venir en Allemagne. La question migratoire lui a fait un grand tort», a estimé le Président américain.

    Ces derniers temps, les relations américano-allemandes sont tendues. Rappelons que Donald Trump avait lancé plus tôt une violente charge contre l'Allemagne qui a accepté la construction du gazoduc Nord Stream 2 destiné à relier la Russie et l'Allemagne.

    Lors d'un petit déjeuner avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, il a qualifié l'Allemagne de «prisonnière de la Russie», vu qu'elle «tire une grande partie de son énergie» de ce pays.

    Ces propos du Président américain n'ont pas tardé à provoquer une réaction de la part d'Angela Merkel qui lui a rappelé qu'elle-même avait été témoin de la dépendance d'une partie de l'Allemagne vis-à-vis de l'URSS:

    «Et je suis très heureuse qu'aujourd'hui nous soyons unis […] et puissions dire que nous menons une politique indépendante et prenons des décisions autonomes», a-t-elle expliqué lors du sommet de l'Otan à Bruxelles.

    Lire aussi:

    L’Allemagne prisonnière de la Russie? Merkel remet Trump à sa place
    Macron ne serait pas d'accord que l'Allemagne soit aux mains de la Russie
    L’Allemagne «prisonnière» de la Russie? Le Kremlin répond à Trump
    Tags:
    gaz, crise migratoire, Nord Stream 2, Angela Merkel, Donald Trump, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik