Ecoutez Radio Sputnik
    Les migrants arrivent en Italie

    Les propos sur les migrants tenus en privé par un ministre mettent en émoi les Pays-Bas

    © AFP 2018 Januar
    International
    URL courte
    7252

    Une vidéo, qui n’était pas destinée à être diffusée au grand public et où l’on voit le ministre néerlandais des Affaires étrangères s’exprimer sur la question migratoire, a eu un fort retentissement dans les milieux politiques de son pays. Il y estime qu’il n’y a pas de sociétés multiculturelles dont les composantes vivent en harmonie.

    Lors d'une réunion privée qui, le 10 juillet, a rassemblé quelque 80 personnes travaillant pour des organisations internationales néerlandaises, Stef Blok, ministre néerlandais des Affaires étrangères, a fait savoir que l'Union européenne ne serait pas en mesure d'assurer la répartition «égale» des migrants en Europe de l'Est, où les personnes de couleur sont «passées à tabac». La vidéo qui a immortalisé ce discours explosif a été par la suite divulguée et diffusée par les médias locaux.

    «Donnez-moi un exemple d'une société multi-ethnique ou multiculturelle, dont la population autochtone est encore une composante et qui se caractérise par une cohabitation pacifique. Je n'en connais aucune», a déclaré Stef Blok.

    Un participant à la réunion a donné l'exemple du Surinam, mais le ministre lui a rétorqué qu'il s'agissait d'«un État en échec». Stef Blok a évoqué l'exemple de Singapour, qui est «extrêmement sélectif en matière de migration» et ne permet pas l'entrée aux migrants pauvres.

    Et de poursuivre:

    «Promenez-vous dans n'importe quelle rue de Varsovie et de Prague. Il n'y a pas de personnes de couleur. Ces gens disparaissent en une semaine, ils sont passés à tabac. Ils n'ont pas de vie là-bas.»

    Et de conclure:

    «Je ne pense pas que nous réussirons à pousser un accord au niveau de l'Europe centrale et que chaque pays accueillera le même nombre de réfugiés. Les Européens de l'Est ne donneront jamais leur accord pour le faire.»

    Le ministre néerlandais des Affaires étrangères a fait remarquer que chaque société définissait elle-même les limites de l'accueil des migrants. Ainsi, d'après lui, c'est bien d'avoir une «boulangerie turque dans un coin», mais cela peut provoquer «des effets secondaires».

    Ce discours fort a provoqué de nombreuses réactions parmi les personnalités politiques néerlandaises. Lilianne Ploumen, députée du Parti travailliste, a qualifié les dires du ministre néerlandais des Affaires étrangères d'«extrêmement non-professionnels». Elle a expliqué qu'elle habitait à Amsterdam avec des gens d'origines différentes et qu'ils «cohabitaient à merveille».

    Stef Blok a répondu à ces critiques. Il a expliqué qu'il voulait «inciter les participants à la rencontre à un échange ouvert d'opinions» et «a eu recours aux exemples qui auraient pu être non pertinents dans des débats publics».

    Lire aussi:

    MH17: Moscou répond à l’exigence de faire son mea culpa
    Jérusalem: Alger considère la décision des USA «nulle et non avenue»
    Crash du MH17: impossible que les radars aient manqué un potentiel missile
    Tags:
    migrants, Amsterdam, Pays-Bas, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik