International
URL courte
6013166
S'abonner

Moins d’une semaine après le sommet avec Vladimir Poutine, Donald Trump a répété une fois de plus qu’il cherchait à s’entendre avec Moscou, tout en brandissant des menaces au cas où son projet ne fonctionnerait pas.

Donald Trump a promis le 19 juillet de devenir le «pire ennemi» de Vladimir Poutine si les tentatives du dirigeant américain de s'entendre avec la Russie se soldent par un échec.

«S'entendre avec le Président Poutine, s'entendre avec la Russie, ce n'est pas négatif, mais si cela ne fonctionne pas, je serai le pire ennemi qu'il ait jamais eu — le pire qu'il ait jamais eu», a-t-il déclaré dans une interview à CNBC.

Lors de ce même entretien, Trump a fustigé son prédécesseur, Barack Obama, pour avoir été un «pigeon total» dans les relations avec Moscou, tout en affirmant qu'il a été «beaucoup plus dur envers la Russie que n'importe quel président depuis de nombreuses années».

Le sommet entre le Président russe et son homologue américain, première rencontre d'un tel niveau en neuf ans, a eu lieu le 16 juillet à Helsinki. Les deux chefs d'État se sont d'abord entretenus en tête-à-tête pendant plus de deux heures. Ensuite, les délégations en composition élargie ont pris part à un déjeuner avant de répondre ensuite aux questions des journalistes. Au terme de la rencontre les parties se sont déclarées intéressées par une amélioration des relations entre les deux pays.

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Mobilisation contre les violences policières à Paris, en dépit de l’interdiction - vidéo
Tags:
ennemis, Donald Trump, Vladimir Poutine, Helsinki, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook