Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    7362

    La Syrie a reconnu l'indépendance de l'ex-province géorgienne d'Ossétie du Sud à l'issue d'une «réflexion profonde», selon le chef de la diplomatie syrienne.

    La reconnaissance de l'Ossétie du Sud en tant qu'État indépendant constitue un «acte profondément réfléchi» de la part de Damas, a déclaré dimanche le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem.

    Selon lui, le gouvernement syrien est disposé à bâtir ses relations avec l'Ossétie du Sud sur les principes du respect mutuel et de l'égalité.

    Auparavant, Walid Mouallem et son homologue sud-ossète Dmitri Medoïev avaient signé à Damas un accord sur l'établissement des relations diplomatiques entre les deux États. Selon M.Medoïev, son pays soutient les autorités syriennes dans leur lutte contre le terrorisme international, ainsi que les actions conjointes de Moscou et Damas dans ce domaine.

    Le chef de la diplomatie sud-ossète a également souhaité au peuple syrien un rapide rétablissement de la paix et de la stabilité. Les deux parties ont également discuté de la visite du Président sud-ossète Anatoli Bibilov en Syrie programmée pour la fin de la semaine prochaine.

    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie ont proclamé leur indépendance vis-à-vis de la Géorgie le 26 août 2008, quelques semaines après l'agression armée géorgienne contre la capitale sud-ossète Tskhinvali.

    Jusqu'à présent, la Russie ainsi que trois autres pays, dont le Nicaragua, le Venezuela et le petit État insulaire de Nauru, reconnaissaient la souveraineté de ces deux républiques, alors que la Géorgie continue de les considérer comme des territoires occupés.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Guerre des 5 jours: Moscou nomme la principale leçon du conflit en Ossétie du Sud en 2008
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Tags:
    reconnaissance, crise syrienne, relations diplomatiques, Anatoli Bibilov, Walid al-Mouallem, Abkhazie, Ossétie du Sud, Tskhinvali, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik