Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau de la RASD

    Polisario: l’UE «ne fait qu’encourager l’occupation marocaine» du Sahara occidental

    © AFP 2018 Ryad Kramdi
    International
    URL courte
    688

    Le Front Polisario a dénoncé le 22 juillet l’annonce de la conclusion du nouvel accord de pêche UE-Maroc incluant les eaux adjacentes au Sahara occidental, a déclaré le ministre sahraoui délégué pour l'Europe, accusant l’UE d’aider le Maroc qui, quant à lui, a salué la conclusion de cet accord.

    La Commission européenne «ne fait qu'encourager l'occupation marocaine du territoire sahraoui», mettant ainsi en péril la crédibilité de l'UE, a déclaré Mohamed Sidati, le ministre sahraoui délégué pour l'Europe, le 22 juillet, à l'Algérie Presse Service (APS), suite à l'entente annoncée, le 20 juillet, entre la Commission et Rabat sur le nouveau contenu de l'accord de pêche UE-Maroc dont l'application inclura les eaux adjacentes au territoire du Sahara occidental, et dont la signature est prévue pour le 24 juillet.

    «Le Maroc vole les ressources du peuple sahraoui, qui vit en grande partie en exil dans la pauvreté, privé de sa terre et de sa mer. Et la Commission européenne se rend complice de ce vol», a affirmé le responsable sahraoui.

    «En négociant avec le Maroc pour ce qui touche au Sahara occidental, la Commission, qui affirme respecter le processus de paix conduit par l'Onu et ne pas vouloir influer sur lui, ne fait qu'encourager l'occupation marocaine du territoire: elle empêche précisément que le processus porté par l'envoyé personnel du secrétaire général de l'Onu, Horst Köhler, d'aboutir», a-t-il fustigé.

    Tout en avertissant que la décision de la Commission européenne portait atteinte à la crédibilité de l'UE, M.Sidati a appelé les États membres de l'Union et les députés de son parlement, à ne pas entériner ce projet d'accord «indigne», tout en les invitant «à discuter avec le seul représentant légitime du peuple sahraoui, le Front Polisario, pour ce qui concerne ses ressources». «Quand on entend la Commission européenne célébrer les améliorations apportées au texte de l'accord de pêche afin de maximiser les bénéfices pour les populations locales des zones concernées, en respectant les principes de gestion durable et équitable des ressources halieutiques, on ne peut y voir que mensonge et hypocrisie», a ajouté le responsable sahraoui.

    Pour sa part, le Maroc a salué l'aboutissement des négociations sur le renouvellement de l'accord de pêche conclu entre le royaume et l'UE en incluant les eaux adjacentes au «Sahara marocain», «ce qui constitue une étape qui vient conforter le Maroc dans sa qualité d'unique interlocuteur pour négocier des accords internationaux incluant le Sahara», a indiqué le 22 juillet le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans un communiqué cité par le site d'information Le 360. «Les tentatives des adversaires du royaume de mettre en question cette compétence exclusive ont été tant désavouées que rejetées», précise le même communiqué, en indiquant que cette étape a permis d'ouvrir «une nouvelle page sur la voie du dépassement des péripéties judiciaires et des attaques vaines de parties tiers».

    Selon le même communiqué, le ministère affirme qu'en aucun cas le Maroc ne permettra que soit portée atteinte à «son intégrité territoriale» qui «est, et demeurera, une ligne rouge qui ne saurait faire l'objet d'un compromis ou d'une négociation».

    La Cour de justice de l'UE (CJUE) a estimé, mardi 27 février 2018, que l'accord de pêche conclu entre l'Union européenne et le Maroc n'était pas applicable aux eaux adjacentes à la région disputée du Sahara occidental, car il irait notamment contre le principe d'autodétermination.

    «L'inclusion du territoire du Sahara occidental dans le champ d'application de l'accord de pêche enfreindrait plusieurs règles de droit international général applicables dans les relations entre l'Union [européenne] et le Royaume du Maroc, notamment le principe d'autodétermination», indique la CJUE pour motiver sa décision.

    Le 18 juillet, dans une lettre ayant le caractère «urgent», les eurodéputées, Barbara Lochbihler, Helga Trüpel et Bodil Valero, ont alerté les plus hautes autorités de l'UE sur les dispositions du nouvel accord de pêche UE-Maroc. Elles dénoncent notamment «une grave violation de la législation de l'UE, de la jurisprudence de la CJUE et du droit public international, s'agissant du commerce de produits et biens originaires du Sahara occidental».

    Les parlementaires européens avaient souligné «que toute importation dans l'UE à partir des territoires sahraouis occupés n'avait actuellement aucune base légale dans le cadre des accords bilatéraux UE-Maroc».

    Lire aussi:

    Le Front Polisario saisit la Cour de justice de l’UE faute d’incapacité de la Commission
    Le Tribunal de l’UE dit non à l’application de l’accord de pêche UE-Maroc au Sahara
    Rabat «a ouvert les portes de l'immigration» pour forcer l’UE à signer l’accord de pêche
    Tags:
    colonisation, pêche, accord, Cour de justice de l'UE (CJUE), Mohamed Sidati, Horst Köhler, Sahara occidental, Europe, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik