International
URL courte
7154
S'abonner

L’Armée de l’air américaine a publié certains détails du programme qui prévoit de mettre à jour le parc aérien de la Présidence pour quelque 4 milliards de dollars. Selon des médias, Donald Trump volerait désormais à bord d’avions initialement fabriqués pour une compagnie aérienne russe.

Deux avions «russes» baptisés VC-25B transporteront Donald Trump, sa famille et des membres de son administration après la réalisation d’un programme de mise à jour du parc aérien de la Présidence, a annoncé le site TheDrive.com se référant à l’US Air Force.

Les VC-25B seront fabriqués sur la base des Boeing-747-8 initialement destinés à équiper la compagnie aérienne russe Transaero qui a fait faillite avant qu’ils lui soient livrés, d’après TheDrive.com.

Ces avions spéciaux remplaceront les deux VC-25A en service depuis 1987 qui peuvent transporter 70 personnes chacun, résister à une explosion nucléaire et à une attaque de missiles et sont dotés de tous les équipements nécessaires pour un chef d’État et même d’un bloc médical avec une salle d’opérations. Quand le Président se trouve à bord d’un de ces avions, celui-ci a l’indicatif d’appel Air Force One.

Selon l’US Air Force, qui a publié un document à ce sujet sur le site officiel des achats publics, les VC-25A actuels auront un taux de disponibilité simultanée de seulement 28% d’ici à 2025, ce qui signifie que les appareils seront prêts à voler dans moins d'un tiers des cas en moyenne. Or les VC-25B devraient avoir un taux de disponibilité d'environ 56% pendant toute leur durée de vie. En plus, il est plus facile de maintenir en état les avions neufs que les avions vieux de plusieurs dizaines d’années, d’après l’US Air Force.

Pour devenir des avions spéciaux VC-25B, les anciens Boeing de Transaero seront dotés d’une version militaire du système de navigation par satellite GPS. Les transpondeurs standards de Boeing seront remplacés par un système d’identification ami-ennemi (IFF) utilisé par l’Armée de l’air américaine. Ces équipements permettront à l’Air Force One d’emprunter les couloirs civils et de survoler les espaces aériens réglementés en recevant des données de différentes sources. Les nouveaux avions présidentiels auront en outre des groupes auxiliaires de puissance (APU) pour assurer le fonctionnement des systèmes de communication et d’autres équipements de l’avion au sol sans utiliser une source d’alimentation externe. 

Par ailleurs, deux nouvelles portes seront percées dans l’avion pour permettre aux passagers et à l'équipage de quitter l’avion même dans les aéroports non adaptés à un si grand Boeing.

Donald Trump recevra les VC-25B conformément à un contrat de 3,9 milliards de dollars conclu avec Boeing sans un appel d’offres traditionnel. 

Selon les lois américaines, lorsqu’elle veut signer un contrat sans lancer un appel d’offres, une entité gouvernementale doit justifier son choix. En mai dernier, le Congrès a déjà bloqué une demande de remplacement des réfrigérateurs à bord d’un avion présidentiel pour 24 millions de dollars.

L’US Air Force explique sa décision concernant les nouveaux Boeing présidentiels par la nécessité de réaliser «l’entente informelle intervenue le 20 février dernier entre M.Trump et le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg». Pourtant le texte publié sur le site ne mentionne pas un rabais de 1,5 milliard de dollars qui aurait été négocié par M.Trump lui-même lors de sa rencontre avec M.Muilenburg. Le rapport ne parle que des 200 millions de dollars d’économie qu’on peut espérer si Boeing reçoit le droit de nommer des sous-traitants pour intégrer des systèmes d’Air Force One dans ces avions.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
avions, VC-25B, VC-25A, Boeing-747-8, Transaero, US Air Force, Boeing, Dennis Muilenburg, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik