Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan

    Poutine annonce quand il acceptera l’invitation au restaurant d’Erdogan

    © Sputnik . Vladimir Astapkovitch/POOL/Sputnik
    International
    URL courte
    Xe sommet des Brics à Johannesbourg (16)
    15754

    Invité au restaurant par son homologue turc, le Président russe a posé un préalable et ce non sans humour.

    Rencontrant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine s’est offert le plaisir de se permettre un trait d’humour. Il a en effet déclaré qu’il accepterait son invitation au restaurant lorsque commenceront les livraisons de viande russe en Turquie. 

    Lors de son entretien avec le dirigeant russe à Johannesburg, qui accueille actuellement le sommet des Brics, M.Erdogan a souligné que les relations bilatérales entre Moscou et Ankara se développaient tous azimuts, provoquant un sentiment d’envie  chez certains. 

    «Nous notons et voyons que notre coopération conduit à la jalousie de la part de certains», a-t-il indiqué. 

    Pour sa part, Vladimir Poutine lui a rappelé son invitation au restaurant. «Vous m’avez promis de m’inviter au restaurant», a-t-il dit. 

    «Je vous invite», a répondu le dirigeant turc. 

    «Nous nous sommes mis d’accord: lorsque vous laisserez entrer notre viande sur le marché et lorsqu’il y aura des plats à base de notre viande, c’est alors que [nous déjeunerons, ndlr]», a alors répondu Vladimir Poutine non sans humour. 

    «Je vous attendrai avec plaisir», a réagi M.Erdogan. 

    L’invitation au restaurant d’Erdogan
    © Sputnik .
    L’invitation au restaurant d’Erdogan
    Dossier:
    Xe sommet des Brics à Johannesbourg (16)

    Lire aussi:

    L’invitation au restaurant d’Erdogan
    Poutine et Erdogan s’entendent sur le lieu et la date de leur prochaine rencontre
    Erdogan refuse de choisir entre Trump et Poutine
    Tags:
    viande, restaurant, blagues, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik