International
URL courte
8112
S'abonner

La monarchie au Maroc est une institution centrale de la vie politique, mais sa forme actuelle entrave le progrès, l’évolution et le développement du pays, a déclaré à Sputnik Abdelali Hamiddine, un cadre du Parti de la justice et du développement (PJD), insistant sur la réforme du système politique qui est liée à celle de la monarchie.

Le Maroc doit devenir une monarchie parlementaire et non plus être une monarchie constitutionnelle, comme il l'est aujourd'hui, a indiqué dans un entretien accordé à Sputnik Abdelali Hamiddine, conseiller parlementaire et membre du secrétariat du Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD).

Les déclarations de ce cadre du PJD alimentent une vive discussion au sein de la société marocaine parce que ce parti politique, dont est issu le chef du gouvernement, joue un grand rôle au royaume.

«Le royaume sous sa forme actuelle de pouvoir entrave le développement et la croissance du pays. Si rien ne change, cela ne rendra service ni au gouvernement lui-même ni aux gens. Je constate que la tension politique et sociale monte dans le pays. Je ne parle pas d'en finir avec la monarchie, j'insiste seulement sur la nécessité de réformer le système politique», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Et de souligner qu'il préconisait la démocratisation et le développement du Maroc, et qu'il fallait pour cela que d'autres institutions que le roi, notamment le gouvernement et le parlement se chargent d'une partie de la responsabilité et du fardeau du pouvoir.

«Nous traversons à présent une période de tension sociale, et il serait mieux de prévenir une confrontation entre la maison royale et le peuple», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

Le Parti de la justice et du développement (PJD) à tendance islamiste figure parmi les plus importants partis politiques du Maroc. Il est né au milieu des années 1960 en tant qu'aile politique des Frères musulmans. Sous son nom actuel, le PJD est connu depuis 1998.

Lire aussi:

Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
roi, confrontation, tensions, responsabilité, pouvoirs, parlement, partis politiques, réforme constitutionnelle, monarchie, Frères musulmans, Sputnik, gouvernement marocain, Parti de la justice et du développement (PJD) du Maroc, Abdelali Hamiddine, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook