Ecoutez Radio Sputnik
    Le croiseur Dmitri Donskoï de la marine impériale russe

    Une startup sud-coréenne n’entendrait pas céder à la Russie les droits au Dmitri Donskoï

    CC0
    International
    URL courte
    4213

    L’entreprise sud-coréenne, qui avait annoncé la semaine dernière avoir découvert une épave russe contenant potentiellement un énorme trésor impérial, a rétropédalé jeudi en expliquant qu’elle ne pouvait assurer que de l’or se trouvait effectivement à bord du croiseur Dmitri Donskoï de la marine impériale russe, coulé en 1905.

    L'épave repérée à moins de deux kilomètres de l'île sud-coréenne d'Ulleungdo est ce qui reste du croiseur Dmitri Donskoï de la marine impériale russe coulé en 1905, mais les droits à ce navire ne reviennent plus à la Russie, mais à celui qui a été le premier à le découvrir, a déclaré la semaine dernière devant les journalistes Choi Yong-seok, directeur général de la startup sud-coréenne Shinil.

    Croiseur Dmitri Donskoï de la marine impériale russe coulé en 1905
    © Photo. материалы пресс-конференции южнокорейской компании "Синиль хэян кисуль"
    Croiseur Dmitri Donskoï de la marine impériale russe coulé en 1905

    Quoi qu'il en soit, une telle approche est admissible pour la Russie pour laquelle l'appartenance du navire ne fait aucun doute. Par ailleurs, les dépouilles des membres de l'équipage russe se trouvant à bord de l'épave, on n'a pas le droit de la remonter sans l'autorisation de la Russie, a fait remarquer le correspondant de Sputnik lors de cette conférence de presse.

    Croiseur Dmitri Donskoï de la marine impériale russe coulé en 1905
    © Photo. материалы пресс-конференции южнокорейской компании "Синиль хэян кисуль"
    Croiseur Dmitri Donskoï de la marine impériale russe coulé en 1905

    «Nous ne faisons qu'évaluer juridiquement ce problème, et nous ne savons pas encore au juste la position du gouvernement sud-coréen et de celui de la Russie», a répondu M.Choi.

    La société sud-coréenne Shinil Group aurait découvert l'épave engloutie à plus de 430 mètres de profondeur du Dmitri Donskoï qui contiendrait toute une fortune en pièces et en lingots d'or pour une valeur d'environ 130 milliards de dollars, selon des rumeurs anciennes, reprises par ladite entreprise sud-coréenne, par ailleurs critiquée pour ses méthodes et les objectifs qu'elle poursuit.

    Cette possible cargaison suscite la convoitise des chercheurs, mais aucune preuve de ce trésor n'existe.

    Et voilà que Choi Yong-seok, directeur général de Shinil qui avait annoncé la semaine dernière avoir localisé le 15 juillet par plus de 400 mètres de fond, en mer du Japon, le Dmitri Donskoï, croiseur de la marine impériale russe sabordé en mai 1905 lors de la guerre russo-japonaise, a reconnu jeudi que sa société n'avait pas pu vérifier si de l'or se trouvait dans l'épave, en affirmant que les spéculations sur la valeur du potentiel trésor se fondaient sur des informations de presse et des documents non vérifiés.

    Lire aussi:

    Un croiseur de l’époque de la guerre russo-japonaise crée la discorde en Corée du Sud
    Les plus grands trésors d'épaves jamais découverts
    Des plongeurs français explorent l’épave d’un chasseur US de la Seconde guerre mondiale
    Tags:
    start-up, droits, épave, croiseur, gouvernement sud-coréen, gouvernement russe, Shinil, Sputnik, Choi Yong-seok, Ulleungdo, Corée du Sud, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik