Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Les électeurs de Trump soutiendraient Poutine face à un Démocrate, selon le fils de Reagan

    © REUTERS / Grigory Dukor
    International
    URL courte
    15265

    L’électorat du Président Donald Trump soutiendrait plutôt la candidature de Vladimir Poutine à la présidence américaine par rapport à celle d’un candidat démocrate, affirme Ron Reagan, le fils de l’ancien Président Reagan, dans une interview accordée le 26 juillet à la chaîne MSNBC.

    Ron Reagan Jr., ancien animateur chez Air America Radio, a accusé les partisans du Président Trump de ne pas «être en contact avec la réalité», relate le journal The Hill.

    «La chose la plus importante pour eux [est que Trump] semble détester les mêmes personnes qu'ils détestent eux-mêmes», a-t-il relevé.

    «Si tout dépendait de l'électorat de Trump, ces partisans éliraient plutôt Vladimir Poutine en tant que Président des États-Unis que n'importe quel candidat avec un D après son nom», a ironisé M. Reagan.

    «Si Trump semble aimer Poutine, ils aimeront aussi Poutine», a-t-il résumé.

    En fait, la sympathie vis-à-vis de la Russie parmi les Républicains a augmenté dans les jours qui ont suivi le sommet entre Trump et Poutine qui a eu lieu au début de ce mois dans la ville finlandaise d'Helsinki.

    Donald Trump a été largement critiqué par les Républicains et les Démocrates pour avoir discrédité les services de renseignements américains accusant la Russie de s'être ingéré dans l'élection présidentielle aux États-Unis en 2016. Le Président a tenté par la suite de faire machine arrière et s'est justifié par sa «langue qui a fourché».

    Lire aussi:

    Rencontre Trump–Poutine: quand la presse joue le jeu de l’État profond américain
    Donald Trump est «dangereux pour le monde», selon le fils de Reagan
    EN DIRECT Sommet Trump-Poutine à Helsinki
    Tags:
    président, élections, Ron Reagan, Donald Trump, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik