International
URL courte
234726
S'abonner

Face aux attaques verbales du Président américain, Berlin ne peut plus compter sur l'arsenal nucléaire américain mais doit penser à la création de ses propres moyens de dissuasion atomique, a déclaré à Die Welt un politologue allemand.

Après les critiques que Donald Trump a adressées à l'Otan et à Berlin, l'Allemagne doit radicalement repenser sa politique de sécurité. En particulier, elle doit penser à la création de son propre parapluie nucléaire, a estimé Christian Hacke dans une interview accordée au quotidien allemand Die Welt.

Selon lui, si Berlin se sent «l'ennemi numéro un des États-Unis», il ne doit plus espérer que les armes nucléaires américaines le protègent un jour. En outre, ayant son propre arsenal, Berlin pourrait se défendre contre un possible chantage et renforcer ainsi sa position sur la scène internationale.

«Pour la première fois depuis 1949, la République fédérale d'Allemagne est sans bouclier nucléaire des États-Unis. L'Allemagne est vulnérable aujourd'hui dans une situation de crise extrême», a souligné le politologue.

Pourtant, l'idée n'est pas appréciée par certains. Ainsi, pour Peter Ammon, ancien ambassadeur allemand à Washington et à Londres, l'acquisition de ses propres armes nucléaires constituerait une rupture nette avec les traités internationaux.

«Les tweets sauvages du Président américain Trump ne seraient certainement pas acceptés par nos alliés comme une raison suffisante pour détruire le régime mondial de non-prolifération qui a toujours été une préoccupation majeure de l'Allemagne. La perte de confiance serait catastrophique», a-t-il indiqué.

Lire aussi:

Deux fois moins de nouveaux cas en 24h comparativement à la veille en France
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Pour vaincre l’islamisme, faut-il sortir de la CEDH? À droite, certains plaident pour la rupture
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Tags:
bombe atomique, Donald Trump, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook