International
URL courte
511277
S'abonner

Selon l’ambassadeur russe en Israël, l’Iran joue un rôle important dans les efforts communs visant à éradiquer le terrorisme en Syrie et ne peut pas se retirer totalement de ce pays.

A l'heure actuelle, les demandes d'Israël de retrait des troupes iraniennes de l'ensemble du territoire syrien sont irréalistes, a estimé l'ambassadeur de Russie en Israël, Anatoli Viktorov, dans une interview accordée lundi à la Dixième chaîne de télévision israélienne.

«Ils [les Iraniens] jouent un rôle important dans nos efforts communs visant à éradiquer le terrorisme en Syrie. C'est pourquoi à l'heure actuelle, nous considérons comme irréalistes toutes les demandes de retirer quelques forces étrangères que ce soit du territoire de la République arabe syrienne. Nous pouvons parler ouvertement et honnêtement à nos partenaires iraniens en essayant de les convaincre de faire ou de ne pas faire quelque chose», a-t-il indiqué.

À la question de savoir si la Russie pouvait forcer l'Iran à se retirer de la Syrie, l'ambassadeur a répondu: «Nous ne le pouvons pas».

Il a également confirmé l'existence d'une entente selon laquelle seules des troupes régulières syriennes seront déployées près de la frontière israélienne. «La priorité est d'assurer la sécurité d'Israël. Et ce ne sont pas des paroles creuses pour la politique étrangère russe», a-t-il ajouté.

Lors de sa rencontre le 23 juillet avec le ministre russe des Affaires étrangères et le chef de l'état-major russe, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait déclaré qu'Israël était intéressé par un retrait total des troupes iraniennes de la Syrie. Selon lui, les liens qui existent entre l'État hébreu et la Russie sont «extrêmement importants».

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Le ministère de la Santé confirme plus de 45.000 contaminations en 24h
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
Anatoli Viktorov, Iran, Israël, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook