Ecoutez Radio Sputnik
    base militaire russe 201 située à Douchanbé

    Des terroristes préparant un attentat contre une base russe neutralisés au Tadjikistan

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    6400

    Une cellule terroriste projetant des actions et notamment contre une base militaire russe a été neutralisée au Tadjikistan, a annoncé le Comité d'État pour la sécurité nationale du Tadjikistan.

    Une cellule terroriste du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan, classé comme organisation terroriste et interdit par le gouvernement du Tadjikistan, a été neutralisée dans le pays, a déclaré le Comité d'État pour la sécurité nationale.

    Les 14 membres de la cellule ont été arrêtés par les membres du Comité d'État pour la sécurité nationale du Tadjikistan en février 2018. Ils envisageaient de projeter une série d’actes terroristes au Tadjikistan, dont un contre la base militaire russe 201 située à Douchanbé.

    La cour de Douchanbé a condamné les deux organisateurs de la cellule à 25 et à 26 ans d'emprisonnement.  D'autres membres de la cellule ont été condamnés à sept ans de prison. Tous les membres de la cellule ont été accusés de mercenariat, d’organisation d'activités au sein d’une cellule extrémiste, de franchissement illégal de la frontière de l'État ainsi que de terrorisme.

    Les organisateurs du groupe ont été formés en Afghanistan et ont participé à des actions dans les rangs de Daech*.

    Le transfert des jeunes hommes en Afghanistan pour y suivre une formation militaire avait été effectué avec le soutien financier du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Le FSB démantèle un réseau de recruteurs de djihadistes en Sibérie
    La base militaire russe au Tadjikistan mise en état d'alerte renforcé
    Région de Moscou: une cellule de Daech dirigée par des émissaires étrangers mise au jour
    Tags:
    terrorisme, Tadjikistan, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik