International
URL courte
5610
S'abonner

La décision de Google de ne pas renouveler son contrat avec le Pentagone sur l’intelligence artificielle, en réaction à la vague d’indignation des salariés du géant informatique, risque d’augmenter la possibilité du déclenchement d’une guerre et d’entraîner la mort de nombreux civils, d’après le journal The Wall Street Journal.

Le groupe Google, qui a renoncé en juin au projet militaire controversé Maven de conception d’un système d’intelligence artificielle (IA) pour les drones, reste la cible de critiques, cette fois de la part de ceux qui croient les guerres inévitables. 

«C’est une décision myope qui fera augmenter le risque d’une guerre et le nombre des morts civiles» pendant les frappes, affirme un auteur du journal The Wall Street Journal, Andy Kessler.

Selon lui, les armes de précision permettent d’espérer que les guerres, qui sont inévitables, feront moins de morts parmi les civils. 

«Il est naïf de penser que la guerre est obsolète, les mauvais acteurs seront toujours là. Mais la technologie va bientôt permettre d’effectuer des frappes chirurgicales contre les méchants. Le projet Maven nous en rapproche. C'est pourquoi le refus des ingénieurs de Google de développer des technologies de précision signifie que plus de civils mourront ou que les militaires hésiteront à recourir à la force […]. Ils devraient rechercher sur Google: Si vis pacem, para bellum», a-t-il noté.

Et de rappeler que les pilotes de drones identifient et éliminent les terroristes à des milliers de kilomètres de distance. 

«On a certes des dommages collatéraux et des pertes civiles, mais ils sont souvent le résultat de données de renseignement erronées et non de défauts des technologies militaires», note l’auteur de l’article.

Le Project Maven, qui pourrait être utilisé pour rendre les frappes de drones plus précises, a été conclu secrètement entre le Pentagone et Google en 2017. Il prévoit la création d’un logiciel de surveillance d'IA pour analyser les données collectées par des drones afin de mieux identifier des objets détectés par ces appareils sans pilote et de faire la distinction entre un humain et un véhicule.

En mars, quand le secret a été éventé, une douzaine de salariés de Google ont démissionné et des milliers d'autres ont signé une lettre ouverte adressée à leur directeur général dans laquelle ils soulignaient que ce «business de guerre» était contraire aux valeurs fondamentales de l’entreprise.

Les chercheurs engagés dans le domaine de l’IA ont demandé à Google de renoncer au projet de développement d’une telle technologie pour les militaires, avertissant que ces recherches étaient contraires au célèbre slogan de l'entreprise «Faire la bonne chose».

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
frappes, intelligence artificielle, drone, guerre, Wall Street Journal, Google, Pentagone, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook