Ecoutez Radio Sputnik
    Un nouveau Casque bleu tué en Centrafrique: l’Onu condamne l’attaque

    Les journalistes russes torturés à mort en Centrafrique? Le verdict des médecins

    © REUTERS / Baz Ratner
    International
    URL courte
    Meurtre des journalistes russes en Centrafrique (12)
    7175

    Les médecins n’ont pas trouvé de traces de torture sur les corps des journalistes russes tués en Centrafrique, selon la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

    L'examen des corps des trois journalistes russes tués en République centrafricaine a établi qu'ils n'avaient pas été torturés, a déclaré aux journalistes la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

    «D'après les données reçues par l'ambassade russe en Centrafrique, les médecins locaux n'ont pas trouvé au cours du premier examen de traces de torture [sur les corps], seulement des blessures par arme à feu», a détaillé la diplomate.

    Les corps d'Orkhan Jemal, d'Alexandre Rastorgouev et de Kirill Radtchenko ont été retrouvés le 31 juillet en Centrafrique. Tous les trois y travaillaient pour le centre de gestion des enquêtes russe de Mikhaïl Khodorkovski. Ce Centre a annoncé que ces journalistes tournaient dans la république un documentaire sur la vie de ce pays. Le dernier contact avec eux datait de dimanche 29 juillet.

    Ce qui s'est produit en Centrafrique

    Les premières informations sur la découverte en Centrafrique de trois corps avec des cartes de presse (supposément des ressortissants russes) ont été rapportées le 31 juillet aux alentours de 16:30, heure de Paris.

    Puis, une source au courant de la situation a annoncé que les défunts possédaient des pièces d'identification périmées de différents médias.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a établi que le voyage était organisé comme touristique et qu'il ne disposait pas encore d'informations exactes sur le but de leur visite en Centrafrique.

    Le motif de l'attaque contre les journalistes n'a pas non plus été établi. Selon l'une des versions, il pourrait s'agir d'un braquage.

    La situation est supervisée par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov en personne, les diplomates feront tout pour découvrir les détails des faits.

    Le ministère apportera également son aide pour le rapatriement des corps des Russes défunts.

    La situation en Centrafrique

    La situation s'est aggravée en Centrafrique en 2013 après le renversement du Président François Bozizé, qui se trouvait au pouvoir depuis 2003.

    Les groupes chrétiens anti-balaka (des milices d'auto-défense mises en place par des paysans en République centrafricaine) se sont opposés aux combattants du groupe islamiste Seleka, qui avait renversé le chef de l'État.

    D'après l'Onu, durant le conflit jusqu'à un million de personnes ont dû quitter leur foyer, plus d'un millier de personnes ont été tuées.

    Dossier:
    Meurtre des journalistes russes en Centrafrique (12)

    Lire aussi:

    Les journalistes russes tués en Centrafrique s'étaient écartés de 23 km de leur itinéraire
    Les restes des journalistes russes assassinés en Centrafrique emmenés à Paris
    Moscou se prononce sur la présence russe en Centrafrique
    Tags:
    journalistes, République centrafricaine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik