Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestations dans le sud de l’Irak

    Comment la crise de l’électricité arrache-t-elle l’Irak à l’Iran?

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    218

    Des manifestations ont lieu depuis la mi-juillet pour dénoncer les coupures de courant fréquentes en Irak qui, pour s'alimenter en électricité, dépend de ses voisins, dont l’Iran qui se trouve lui-même dans une situation difficile en raison des chaleurs et de ses propres problèmes économiques. Sputnik s’est entretenu avec des analystes irakiens.

    Les États-Unis font depuis longtemps pression sur l'Irak pour qu'il se détourne de l'Iran et cherche d'autres partenaires dans la région, a déclaré à Sputnik Ali at-Tamimi, spécialiste irakien du droit international.

    Un blindé irakien
    © REUTERS / Thaier Al-Sudani

    «Les manifestations actuelles dans le pays [en Irak, ndlr] impactent tout particulièrement la politique de Bagdad. Par ailleurs, ses voisins arabes sont prêts à occuper la place de Téhéran. Quand l'Iran a coupé ses livraisons d'électricité à l'Irak, le Koweït a prêté à ce dernier ses propres réseaux électriques. L'Arabie saoudite œuvre depuis longtemps à la conclusion de contrats», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter qu'à présent, les pays arabes du Golfe se proposaient pour de bon de devenir les principaux fournisseurs d'électricité pour l'Irak.

    Les manifestants dans le sud-est de l'Irak réclament des mesures urgentes pour améliorer la qualité de la vie et des services publics, avant tout un approvisionnement en électricité sans à-coups. Aussi, l'Irak s'adresse-t-il au Koweït, à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis qui sont capables de régler rapidement ce problème, a indiqué à Sputnik Mahmud al-Anwar, chef du mouvement politique «Nous sommes tous l'Irak».

    «La situation réelle est telle que l'Iran ne peut tout simplement pas tenir ses engagements envers l'Irak. Les fortes chaleurs ont surchargé ses réseaux électriques. Le pays manque d'énergie à exporter. Par ailleurs, Téhéran est affaiblie par ses troubles intérieurs provoqués avant tout par des problèmes économiques. Ces difficultés résultent entre autres des sanctions dont il fait l'objet et de la dégradation de ses relations avec les États-Unis», a-t-il expliqué.

    Les observateurs constatent que Bagdad est prêt à beaucoup de choses pour obtenir au plus vite l'électricité requise, alors que les contrats signés actuellement avec ses voisins arabes peuvent évincer pour longtemps les compagnies énergétiques iraniennes de l'Irak. Selon des estimations provisoires, l'énergie solaire saoudienne pourrait être livrée en Irak à un prix quatre fois inférieur à celui de l'électricité iranienne.

    Lire aussi:

    La France dans le terrain miné de la reconstruction de l’Irak
    15e anniversaire de l'invasion américaine en Irak
    Pour quelles raisons Ankara va-t-il allouer 5 mds USD à la reconstruction de l’Irak?
    Tags:
    Ali al Tamimi, engagements, importations, chaleur, manifestation, coupures d’électricité, électricité, contrat, partenaire, Sputnik, Mahmud al-Anwar, Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis, Koweït, Iran, États-Unis, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik