Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    Un média autrichien révèle le «scénario d'horreur» pour les USA en Syrie

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    522888

    La participation de Pékin dans la lutte antiterroriste en Syrie pourrait jouer en défaveur de Washington, estime un journaliste de la revue autrichienne Contra Magazin. Selon lui, les États-Unis y soutiennent des rebelles affiliés à Al-Qaïda*.

    Pékin a l'intention de soutenir l'armée de Bachar el-Assad dans la lutte contre les terroristes dans le gouvernorat d'Idlib et dans d'autres provinces syriennes, informe la revue autrichienne Contra Magazin en se référant à l'ambassadeur chinois en Syrie Qi Qianjin. Selon ce média, si la Chine rejoint la Russie et l'Iran dans la lutte antiterroriste, Damas pourrait reprendre le contrôle sur l'ensemble du territoire syrien, ce qui serait un «scénario d'horreur» pour les États-Unis.

    D'après l'auteur de cet article Marco Maier, dans la province d'Idlib «le bal est mené» par des radicaux affiliés à Al-Qaïda* et soutenus par les États-Unis et plusieurs pays du Golfe.

    En premier lieu Pékin est intéressé d'éliminer les Ouïghours, une ethnie chinoise musulmane, présents en Syrie et qui luttent avec les forces rebelles contre l'armée gouvernementale. La revue autrichienne indique qu'en 2017 le gouvernement syrien estimait leur nombre à environ 5.000 personnes.

    L'attaché militaire chinois cité par le journal Al Watan a déclaré que la Chine et la Syrie développaient une coopération militaire, mais qu'une opération conjointe visant la libération d'Idlib nécessiterait une «décision politique».

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    L'Iran affirme avoir abattu un drone espion américain sur son territoire
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Exit le F-35, la Turquie dévoile son propre projet d'avion furtif, «le meilleur chasseur en Europe» (photo)
    Tags:
    ouïghoure, lutte antiterroriste, Al-Qaïda, Iran, Chine, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik