Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau nazi

    Le Président serbe Vucic remarque une similitude entre la Croatie et l’Allemagne nazie

    © AP Photo / Kevin Frayer
    International
    URL courte
    21425

    L’expulsion de milliers de serbes de Croatie dans les années 1990 peut être comparée à l’Holocauste, selon Aleksandar Vucic. Cette déclaration du Président serbe a été faite le jour des commémorations de l’opération Tempête.

    En prononçant dimanche un discours devant des milliers de ses compatriotes sur l'opération Tempête qui s'est déroulée en 1995, le Président serbe a rappelé le sort d'Anne Frank, une jeune diariste allemande d'origine juive décédée en 1945 dans le camp de concentration de Bergen-Belsen, informe The Washington Post. Selon lui, elle a été persécutée pour les mêmes motifs que les Serbes en Croatie.

    «L'intention a été la même. Hitler voulait d'un monde sans juifs, les Croates voulaient d'une Croatie sans Serbes. Dans les deux cas, il s'agissait d'une "Endlösung'' [solution finale, ndlr]. Des personnes ont été accusées car elles existaient», a-t-il lancé.

    Il a également mentionné des mesures que la Croatie employait envers les Serbes.

    «Les Croates ont bombardé les réfugiés, ils ont craché sur eux et en ont lapidé. Ils les ont violés et assassinés dans leurs maisons et dans les rues. Ils ont essayé de réaliser un massacre pour qu'aucun Serbe ne quitte la Croatie sans être puni», a-t-il indiqué.

    L'opération Tempête est une offensive des forces croates contre les membres de la communauté serbe qui a duré du 4 au 7 août 1995. Selon Amnesty International, de 100.000 à 200.000 Serbes ont été expulsés de Croatie vers la Serbie ou la Bosnie.

    Lire aussi:

    La Croatie en finale de la Coupe du Monde, résultat jamais atteint en ex-Yougoslavie
    Croatie: la condamnation des crimes du régime oustachi pronazi n’est pas unanime
    Suicide au Tribunal de La Haye: du personnel serait-il impliqué?
    Tags:
    nazis, réfugiés, Holocauste, Aleksandar Vucic, Croatie, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik