Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou

    L'accord nucléaire iranien reste viable en dépit de la sortie des USA, selon Moscou

    © Sputnik . Alexei Druzhinine
    International
    URL courte
    2211

    Pour Moscou, les pays signataires du Plan global d'action conjoint sur le nucléaire iranien sont en mesure de «surmonter les récentes difficultés» liées au retrait des États-Unis de l'accord.

    Le Plan global d'action conjoint sur le programme nucléaire iranien peut être préservé en dépit de la sortie des États-Unis de l'accord, a estimé mardi le ministère russe des Affaires étrangères.

    «Nous sommes persuadés que le Plan global d'action conjoint est doté d'une marge de sécurité suffisante. Les participants à cet accord sont en mesure de surmonter les récentes difficultés. Nous réitérons notre attachement au plan d'action», lit-on dans un communiqué ministériel diffusé suite au rétablissement des sanctions américaines visant la République islamique.

    Le 8 mai dernier, le Président américain Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord signé en 2015 entre des grandes puissances et l'Iran, qui avait alors accepté de brider son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

    Les États-Unis ont ainsi décidé de rétablir leurs sanctions visant l'Iran ainsi que les entreprises ayant des liens avec Téhéran qui ont jusqu'à 180 jours pour se retirer du pays.

    Lundi, le Président Trump a signé un décret réinstaurant un certain nombre de sanctions à l'encontre de l'Iran, en affirmant chercher à imposer une «pression économique maximale» sur la République islamique.

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: les USA «tordent les bras» de leurs partenaires européens
    L'Iran respecte l'accord nucléaire malgré les sanctions, selon l'AIEA
    Ankara déterminé à faire des affaires avec Téhéran en dépit des sanctions US
    Tags:
    sanctions, programme nucléaire iranien, Plan global d'action conjoint (JCPOA), ministère russe des Affaires étrangères, Donald Trump, Russie, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik