Ecoutez Radio Sputnik
    Matteo Salvini

    Visite en Algérie envisagée par Matteo Salvini: quid de la réaction d’Alger?

    © Sputnik . Taras Litvinenko
    International
    URL courte
    12166

    L’Algérie n’aurait pas encore donné son accord à la visite de Matteo Salvini, qui a annoncé une tournée dans les pays du Maghreb pour expliquer ses propositions concernant l’immigration clandestine. C’est ce qu’ont indiqué des sources algériennes au site d’information TSA précisant qu’Alger trouve les motivations du projet «ambiguës».

    Alger n'aurait pas encore donné son feu vert à la venue dans le pays de Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, qui souhaite y discuter de la crise migratoire. C'est ce qu'ont affirmé des sources bien informées au site d'information TSA dans son édition du 8 août.

    «L'Algérie est très réservée sur l'offre italienne, dont les motivations sont pour l'instant très ambigües», ont affirmé les sources, expliquant que «les Algériens estiment aussi qu'ils ne sont pas directement concernés par les problèmes des flux migratoires vers l'Italie. Des flux en provenance notamment de Libye».

    Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a déclaré le 3 août que le gouvernement italien envisageait d'allouer au moins un milliard d'euros au Maroc, à l'Algérie et à la Tunisie pour combattre l'immigration illégale.

    «Notre objectif est de contrôler les frontières méridionales […]. Et pour répondre à tous ceux qui me considèrent comme Satan [référence à la une de l'hebdomadaire Famiglia Cristiana, ndlr], nous préparons un projet qui prévoit au moins un milliard d'euros d'investissement pour soutenir l'économie et le travail de centaines de milliers de personnes et qui viendra aider des milliers d'autres en difficulté», a-t-il déclaré dans une interview accordée le 3 août à Sky TG24.

    Le ministre italien a ensuite précisé sur Twitter que ces investissements concerneraient notamment la Tunisie, l'Algérie et le Maroc, en précisant qu'il ferait une tournée prochainement dans ces pays pour expliquer son initiative.

    L'Algérie n'acceptera en aucun cas que des camps de rétention de clandestins soient ouverts sur son territoire au profit de l'Europe, a déclaré, ce 27 juin, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, dans un entretien accordé à RFI.

    «Nous l'avons dit. Il est exclu que l'Algérie ouvre une quelconque zone de rétention […]. Nous sommes déjà confrontés aux mêmes problèmes», a déclaré le chef de la diplomatie algérienne. «Nous procédons à des reconductions, mais nous le faisons selon des arrangements que nous avons avec nos pays voisins», a-t-il ajouté.

    Lire aussi:

    Le ministre algérien de l’Intérieur répond aux attaques sur le traitement des migrants
    Crise migratoire: l’Algérie renvoie dos à dos les ONG et l’Union européenne
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Tags:
    proposition, projet de budget, projet, visite officielle, Abdelkader Messahel, Matteo Salvini, Alger, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik