International
URL courte
Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)
3512911
S'abonner

Recep Tayyip Erdogan a déclaré mardi que la Turquie renoncerait à l’achat des produits électroniques américains. Il s’agit d’une mesure de riposte au doublement des taxes sur l'aluminium et l'acier en provenance de Turquie.

Le Président turc a annoncé mardi la décision de boycotter les produits électroniques américains, selon la chaîne turque NTV.

«Nous allons boycotter les produits électroniques américains […] Nous avons Venus et Vestel», a-t-il lancé, en faisant référence aux entreprises électroniques nationales.

Selon lui, les smartphones américains iPhone peuvent être remplacés par les coréens Samsung.

Il a également indiqué qu'Ankara prenait des mesures afin de stabiliser la situation économique, aggravée par la chute de la livre turque suite au doublement des taxes sur l'aluminium et l'acier en provenance de Turquie annoncé vendredi par Washington.

«Une attaque économique est perpétrée contre la Turquie […] Sur le plan économique, nous prenons des mesures, notre ministère des Finances et le Trésor travaillent jour et nuit», a-t-il ajouté.

Auparavant, le Président turc avait déclaré que son pays ne perdrait pas «la guerre économique».

Le ministre turc des Finances a déclaré lundi que le gouvernement du pays entendait mettre en œuvre un plan d'actions économiques afin de stabiliser les marchés. La banque centrale turque a promis par la suite de fournir une réserve de liquidité et de baisser le coefficient des réserves obligatoires pour les banques.

Dossier:
Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)

Lire aussi:

Violente agression d'un adolescent à Paris: une vidéo se propage sur la Toile
Taïwan annonce l'incursion dans son espace aérien de huit avions bombardiers et de quatre avions de chasse chinois
Le célèbre journaliste Larry King est décédé
Tags:
droits de douane, guerre commerciale, iPhone, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook