International
URL courte
5513
S'abonner

La convention sur le statut légal de la Caspienne, signée le 12 août par les Présidents d’Azerbaïdjan, d’Iran, du Kazakhstan, de Russie et du Turkménistan, empêche les États-Unis et l’Otan de déployer leurs forces dans les eaux de cette mer, estime le chef du gouvernement iranien Hassan Rohani.

La signature de la convention sur le statut légal de la mer Caspienne renforce non seulement la sécurité dans la région, mais aussi empêche les États-Unis et leurs alliés d'y renforcer leurs positions, a déclaré le 13 juillet le Président iranien Hassan Rohani.

«Les complots américains et même ceux de l'Otan ont prévu la présence de soldats, frégates, hélicoptères et bases dans les eaux et sur le littoral de la mer Caspienne. Dans l'accord, les cinq pays [bordant la mer Caspienne, ndlr] ont décidé d'interdire la présence de bateaux d'États étrangers dans ces eaux», a-t-il déclaré, cité par l'agence Mehr.

Réunis dans le port kazakh d'Aqtaw, les Présidents d'Azerbaïdjan, d'Iran, du Kazakhstan, de Russie et du Turkménistan ont paraphé le 12 août la convention qui a défini le statut légal de la mer Caspienne, qui recèle de vastes réserves d'hydrocarbures estimées à près de 50 milliards de barils de pétrole et près de 300.000 milliards de m3 de gaz naturel, et qui met fin à ce vide juridique dans lequel cette région stratégique s'est trouvée depuis la dissolution de l'Union soviétique.

Le sommet de dimanche est le cinquième du genre depuis 2002, tandis que se sont tenues plus de 50 réunions ministérielles et techniques depuis la dissolution de l'URSS, qui a placé quatre nouveaux pays sur les rives de la Caspienne.

Lire aussi:

Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Tags:
convention, soldats, président, frégate, sommet, base militaire, OTAN, Hassan Rohani, mer Caspienne, Turkménistan, Azerbaïdjan, Washington, Kazakhstan, URSS, Iran, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook