Ecoutez Radio Sputnik
    Surveillance

    Les Marocains en Europe seront désormais sous la surveillance des services de Rabat

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    7145

    Dans le cadre de la prévention du terrorisme, le Maroc envisage en collaboration avec les services de sécurités européens de mettre sous surveillance ses ressortissants établis sur le territoire européen. C’est ce qu’a indiqué le chef de l’agence antiterroriste marocaine le 15 août.

    Dans sa politique de prévention de la radicalisation de ses ressortissants établis sur le territoire européen, Rabat entend demander à l'Union européenne de lui accorder la possibilité d'accéder au fichier de l'Office européen de police (Europol). C'est ce qu'a annoncé le 15 août Abdelhak Khiame, le directeur du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), l'agence antiterroriste marocaine, dans un entretien avec l'agence de presse officielle espagnole EFE.

    «Nous avons lancé une nouvelle stratégie pour surveiller les Marocains qui sont à l'étranger et, en fait, nous avons appelé nos homologues occidentaux à partager avec nous les données dont ils disposent», a déclaré le responsable antiterroriste marocain. «Je pense que la base de données de toutes les agences responsables de la sécurité en Europe comme Europol doit être partagée avec les pays d'Afrique du Nord, comme le Maroc», a-t-il ajouté.

    S'exprimant à l'occasion de la première commémoration des attentats de Barcelone et Cambrils, les 17 et 18 août 2017, ayant fait 16 morts et 150 blessés, le responsable a souligné que «nous devons tirer des leçons de cas comme celui-ci». «Les services de sécurité espagnols devraient faire le décompte de tous les Marocains qui sont sur leur territoire et communiquer avec nous s'ils ont des soupçons à propos de quelqu'un», a-t-il suggéré.

    Pour rappel, en juillet, le Parlement européen a voté une résolution recommandant l'instauration d'un système d'échange de données personnelles entre l'Union européenne et le Maroc dans le cadre d'un accord bilatéral.

    Dans ce cadre, la députée européenne Rachida Dati, ancienne ministre française de la Justice, a appelé le 20 Juillet, dans une lettre adressée à la Commission européenne, à ouvrir des négociations avec Rabat pour mettre en place cet accord, soulignant que le Maroc est «un partenaire stratégique et essentiel de l'Union européenne».

    Lire aussi:

    Turku, Barcelone… L’enquête sur les attentats en Europe mène vers le Maroc
    Le Polisario répond au ministre espagnol sur la pêche dans les eaux du Sahara occidental
    Rabat-Paris: une affaire de justice visant des journalistes pourrait corser les relations
    Tags:
    échange d'informations, données personnelles, surveillance, Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), Europol, Rachida Dati, Espagne, Europe, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik