Ecoutez Radio Sputnik
    Rabat

    Un revirement de Rabat et d’Alger sur l’Arabie saoudite surprend les médias

    CC0 / Pixabay/Efraimstochter
    International
    URL courte
    252838

    Pendant la crise diplomatique opposant Riyad à Ottawa, l’Algérie et le Maroc ont adopté des positions plutôt inattendues, d’après des médias des deux pays qui se posent désormais des questions sur la vraie cause de ce revirement.

    Le soutien apporté par Alger à l’Arabie saoudite dans la crise opposant ce pays au Canada, et la réticence de Rabat, généralement plus aligné sur Riyad, étonnent des médias marocains et algériens qui font état d’inversement des rôles des deux diplomaties.

    «Contre toute attente, l’Algérie, habituellement prudente, a pris position dans ce conflit. Alger a ouvertement soutenu Riyad», note le journal en ligne algérien TSA.

    Réagissant à la crise diplomatique entre Riyad et Ottawa, Alger, critique habituel de Riyad, a appelé les pays à «recourir dans leurs relations extérieures aux principes du droit international et de la Charte de l’Onu, notamment dans leur volet relatif au respect de la souveraineté des pays et la non-ingérence dans leurs affaires internes».

    Tout en rappelant les «profondes relations fraternelles unissant l'Algérie et le royaume d'Arabie saoudite frère», le communiqué algérien du 9 août affirme qu’Alger «suit avec préoccupation les répercussions de la crise que connaissent les relations entre le Royaume d'Arabie saoudite frère et le Canada».

    Cette prise de position a été qualifiée d’«incroyable soutien d'Alger à Riyad», par le Soir d’Algérie.

    Quant aux autorités marocaines, elles ne se sont pas exprimées au sujet de la crise malgré leur position beaucoup plus proche de l’Arabie saoudite.

    Cela a «nourri plusieurs commentaires sur un possible coup de froid dans les relations entre Riyad et Rabat» qui aurait été «occasionné par le vote défavorable de l’Arabie saoudite à la candidature marocaine pour abriter le Mondial 2026 et la campagne tambours battants qu’elle a menée en faveur de la candidature tripartite: États-Unis, Mexique et… Canada», a indiqué à ce propos le journal marocain 360.

    Pourquoi ce changement de politique inattendu? Le journal 360 suppose que cela pourrait s’expliquer par le fait que l’Algérie et le Maroc «ont l’habitude d’afficher des positions opposées sur quasiment tous les sujets».

    En réponse à un communiqué publié par l'ambassade canadienne appelant à «libérer immédiatement» les militants des droits de l'Homme arrêtés en Arabie saoudite, Riyad a annoncé dans la nuit du 5 au 6 août sa décision de rappeler son ambassadeur à Ottawa pour consultations ainsi que d'expulser l'ambassadeur du Canada en le déclarant persona non grata. En outre, Riyad a décidé de geler toutes nouvelles transactions concernant le commerce et les investissements avec le Canada ainsi que de suspendre tous les programmes d'échange dans le domaine de l'éducation et d'annuler tous les vols à destination et en provenance de Toronto à compter du 13 août.

    Lire aussi:

    L’Arabie saoudite décide de suspendre les vols depuis et vers Toronto
    Alger-Rabat: un député marocain appelle à «insuffler une dynamique positive» aux relations
    Ambassadeur expulsé et transactions gelées: le ton monte entre Saoudiens et Canadiens
    Tags:
    crise diplomatique, soutien, 360 (journal marocain), Le soir d'Algérie, Algérie, Maroc, Arabie Saoudite, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik