International
URL courte
8124
S'abonner

Ce jeudi 23 août, des frappes aériennes de la coalition menée par l'Arabie saoudite ont tué 30 personnes, dont 22 enfants, dans une zone contrôlée par les rebelles au Yémen, à en croire le ministère de la Santé côté Houthi cité par CNN. Les Émirats arabes unis présentent toutefois une autre version des faits, accusant les Houthis.

Le ministère de la Santé côté Houthi a annoncé que des frappes aériennes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite avaient tué jeudi 30 personnes, parmi lesquelles 22 enfants. L’attaque a eu lieu dans une zone contrôlée par les rebelles dans le nord-ouest du Yémen, relate la chaîne de télévision CNN.

Selon un média citant des sources Houthi, quatre familles quittaient leurs maisons dans un véhicule au moment des frappes aériennes.

D’après l’AFP, se référant à certains médias rebelles, les raids aériens visaient un bus et une habitation de la région d'Al-Douraïhimi, au sud de la ville d'Hodeida.

Dans le même temps, les agences de presses des Émirats arabes unis ont indiqué qu’il s’agissait d’un missile «balistique fabriqué en Iran» que des Houthis avaient tiré contre des civils. Selon eux, les frappes auraient tué un enfant et blessé des dizaines d'autres.

Le mouvement houthi, qui contrôle la capitale Sanaa et d'autres régions du Yémen tire régulièrement des missiles en direction de l'Arabie saoudite, qui dirige la coalition militaire arabe intervenant dans la crise yéménite aux côtés des forces gouvernementales. Les Houthis ont multiplié ces derniers mois les tirs de missiles vers l'Arabie saoudite mais la plupart ont été détruits en vol.

Lire aussi:

Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Tags:
bombardement, enfants, victimes, Arabie Saoudite, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook