Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux chinois et américain

    Pékin appelle Washington à modérer son «hégémonisme de grande puissance»

    © AP Photo / Andy Wong
    International
    URL courte
    4311

    La Chine a appelé les États-Unis à tempérer leur «hégémonisme de grande puissance», en réponse aux accusations de Washington d’ingérence dans les affaires intérieures du Salvador, qui avait rompu mardi ses relations diplomatiques avec Taïwan pour en établir avec Pékin.

    Pékin appelle les États-Unis à respecter le droit des autres pays à mener une politique extérieure indépendante, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, en réponse à la réaction américaine suite à l'établissement de relations diplomatiques entre la Chine et le Salvador le 21 août.

    Washington a considéré la décision de ce pays latino-américain, qui a également rompu ses liens officiels avec Taïwan, comme un résultat de l'intervention chinoise dans les affaires intérieures du Salvador.

    «Le Salvador a établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine sur la base du principe de la Chine unique. Cela correspond aux normes de base du droit international et des relations internationales, autant qu'aux intérêts fondamentaux des deux pays. La partie chinoise appelle certains pays à respecter le droit des autres États à déterminer leur politique intérieure et extérieure et à cesser leur hégémonisme de grande puissance», a indiqué M.Kang lors d'un point presse.

    Il a également rappelé à Washington son habitude d'intervenir de différentes manières dans les affaires d'autres États.

    «Certains pays ne s'ingèrent-ils pas dans les affaires intérieures du Salvador en faisant des déclaration irresponsables? Il n'y a pas besoin de mots pour désigner celui qui intervient politiquement dans la région [de l'Amérique latine, ndlr]», a ajouté le diplomate.

    Il a souligné qu'avant le 21 août, Pékin avait des relations diplomatiques avec 25 pays des deux Amériques, y compris avec les États-Unis. Selon M.Kang, l'établissement des relations diplomatiques avec le Salvador améliore le développement régional et renforce la sécurité.

    Le Salvador a annoncé mardi la rupture de ses relations diplomatiques avec Taïwan au profit de la Chine, devenant le troisième pays depuis le début de l'année à ne plus reconnaître l'île démocratique. Washington à son tour a considéré cette action comme une menace à la sécurité de tout le continent américain.

    Seuls 17 pays reconnaissent désormais Taïwan. Le Burkina Faso et la République dominicaine décidant eux aussi d'établir des relations diplomatiques avec la Chine cette année, rappelle Reuters.

    Pour rappel, Pékin considère que Taïwan fait partie de son territoire, ce que ce dernier refuse catégoriquement. Les tensions se sont accrues depuis l'arrivée au pouvoir de la Présidente taïwanaise Tsai Ing-wen. Depuis son élection en 2016, Pékin a mené diverses patrouilles militaires autour de l'île, auxquelles Taipei a répondu en renforçant régulièrement ses forces militaires.

    Lire aussi:

    Les USA rappellent leurs ambassadeurs de trois pays à cause de Taïwan
    Ventes d’armes US à Taïwan: risque d’aggravation des relations entre Pékin et Washington
    Discours de Xi Jinping: des nuages s’accumulent-ils sur Taïwan?
    Tags:
    puissance, hégémonie, sécurité, intervention, droit international, relations diplomatiques, ministère chinois des Affaires étrangères, Tsai Ing-wen, Lu Kang, République dominicaine, Burkina Faso, Amérique latine, Taïwan, Taipei, Salvador, Washington, États-Unis, Pékin, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik