Ecoutez Radio Sputnik
    John McCain

    Patriote ou «belliciste»? Le monde divisé face au décès de John McCain

    © AP Photo / Ralph Freso
    International
    URL courte
    34520

    Décédé le 25 août, John McCain, sénateur américain et candidat aux élections présidentielles de 2000 et 2008, fut une personnalité controversée. Hommes politiques comme simples citoyens font connaître leurs sentiments sur la vie et la carrière de cet homme au destin peu commun.

    Le décès du sénateur américain John McCain a provoqué des réactions diverses aux quatre coins de la planète.

    En Russie, des sénateurs voient en lui la personnification de la politique antirusse américaine et un «reflet» de la Guerre froide.

    «Il [John McCain, ndlr] a été fort dans sa haine à l'égard de la Russie. C'est précisément lui qui incarne la pensée ouvertement antirusse actuelle selon laquelle la Russie ne peut être qu'hostile. […] Il nous a appris à mieux nous comprendre et comprendre l'Amérique», a écrit Oleg Morosov, membre du comité international du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), sur sa page Facebook.

    «McCain était un reflet de l'époque durant laquelle il a grandi et s'est formé comme politique. De l'époque de la division du monde entre «nous» et «les autres». De l'époque de la Guerre froide durant laquelle notre pays était et est resté pour lui le principal ennemi», a souligné Konstantin Kossatchev, président de la Commission des Affaires étrangères au Conseil de la Fédération.

    En revanche, nombreux sont ceux, comme la Première ministre britannique Theresa May, qui vivent son décès comme une perte presque personnelle.

    «John McCain était un grand homme d'Etat, qui incarnait l'idée de service altruiste. C'était un honneur de le considérer comme un ami du Royaume-Uni», a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

    ​Emmanuel Macron s'est souvenu de M.McCain comme d'un patriote.

    «John McCain était un véritable héros américain. Il consacra sa vie entière à son pays. Sa voix nous manquera», a souligné le Président français.

    ​Le chef de la diplomatie qatarie Mohammed bin Abdulrahman bin Jassim Al Thani partage l'image amicale du sénateur.

    «Il fut un bon ami du Qatar, un homme qui croyait réellement en la paix au Moyen-Orient et un homme politique exceptionnel», estime le ministre qatari des Affaires étrangères.

    ​Les avis des utilisateurs des réseaux sociaux sont également partagés.

    «Voici une carte datant de 2013 des pays où le belliciste impénitent John McCain a appelé les États-Unis à effectuer des interventions militaires: Syrie, Irak, Afghanistan, Libye, Kosovo, Nigaria, Bosnie, Corée du Nord, Iran, Russie, Soudan, Mali, Chine», a écrit le journaliste américain Benjamin Norton.

    ​«Je n'ai aucune sympathie pour McCain qui n'était pas un héros mais un criminel de guerre. Cet homme est responsable de la mort de centaines d'Américains au Vietnam», a écrit un autre utilisateur.

    ​«Héros de guerre mais aussi belliciste. Il a travaillé avec Hillary [Clinton] et Obama pour créer Daech.* Il s'est égaré en route et a vendu son âme à la mondialisation. Voici ses véritables amis sur la photo», a constaté un autre détracteur de M.McCain.

    ​Certains utilisateurs sont persuadés que la mort de John McCain marque la fin du Parti républicain et constitue une grande perte pour les États-Unis.

    «Le monde sans John McCain est quelques chose d'extrêmement triste. C'est comme la mort définitive du Parti républicain. Bien qu'il ait eu des défauts, il avait la conscience de ce qu'est le bien commun et que le [bien du, ndrl] pays est supérieur à celui du parti».

    ​«Nous nous souvenons du sénateur McCain comme d'un patriote altruiste pour qui la famille et le pays étaient primordiaux. Il a fait honneur aux traditions militaires de sa famille, non seulement en paroles, mais aussi en actes, en servant bravement au Vietnam. Le travail du sénateur McCain au Congrès est un exemple pour tous. Nous avons perdu un trésor national».

    ​John McCain s'est éteint le samedi 25 août dans l'après-midi, entouré de sa famille.

    US Senator John McCain attends a news conference at the Benjamin Franklin Library in Mexico City, Mexico December 20, 2016.
    © REUTERS / Henry Romero
    Au début de sa carrière, John McCain, fils et petit-fils d'amiraux, a été pilote de chasse, notamment engagé dans la guerre du Vietnam où il a été blessé et emprisonné pendant plus de cinq ans.

    Après son retour aux États-Unis à la fin de la guerre du Vietnam, il a été élu à la Chambre des représentants, puis au Sénat en 1986 à un siège qu'il a conservé jusqu'à sa mort.

    En 2000, il a échoué aux primaires républicaines face à George W. Bush. En 2008, il a remporté l'investiture de son parti, mais perdu face à Barack Obama.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    .

    Lire aussi:

    Trump aurait interdit à la Maison-Blanche de faire l’éloge de John McCain
    «Pas grave, il mourra»: McCain moqué pour son cancer car il s’oppose à la torture à la CIA
    Donald Trump persona non grata aux funérailles de John McCain
    Tags:
    sénateur, internautes, mémoire, patriotisme, décès, réseaux sociaux, guerre, Theresa May, Emmanuel Macron, John McCain, Konstantin Kossatchev, Barack Obama, Vietnam, Qatar, Royaume-Uni, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik