Ecoutez Radio Sputnik
    Pont de Crimée

    «Adieu, isolement!»: en quoi consiste «la stratégie des ponts de Poutine»

    © Sputnik . Vitaliy Timkiv
    International
    URL courte
    201312

    Aujourd'hui, le pont de Crimée, demain, celui de Sakhaline. La «stratégie des ponts» de Vladimir Poutine est rusée tant du point de vue de l'ingénierie que de la politique et permet à la Russie d'éviter l'isolement, lit-on sur le portail italien de journalisme indépendant Gli Occhi della Guerra («les yeux de la guerre»).

    Face aux tentatives pour isoler son pays, le Président russe a élaboré une «stratégie des ponts» extraordinaire, explique le journaliste Fulvio Scaglione dans son article pour Gli Occhi della Guerra, site italien de reportages indépendants.

    Le premier exemple: le pont de Crimée automobile et ferroviaire de 18,1 km de long, le plus long pont de Russie et d'Europe, dont la construction a commencé en mai 2015. Projet «ambitieux», selon l'auteur, du point de vue technique: ses travées ouvrent un passage aux navires de 35 mètres de haut et de 180 mètres de large.

    En outre, ce pont est une construction stratégique en termes de politique. Esquissé en 2014, juste après le référendum d'autodétermination de la Crimée, le pont est nécessaire non seulement pour relier la Crimée à la Russie continentale, mais aussi, pour maintenir le lien avec l'Europe, poursuit le journaliste. Le lien que les États-Unis tentaient de rompre via une chaîne «de pays vassaux et alliés» et la présence militaire de l'Otan.

    Selon Gli Occhi della Guerra, les mêmes objectifs sont à la base d'un autre projet: celui du pont ferroviaire de 45 km que la Russie souhaite construire en collaboration avec le Japon pour relier l'île russe de Sakhaline à Hokkaïdo, l'île la plus septentrionale de l'archipel japonais.

    Ce projet est à l'ordre du jour depuis plusieurs années entre les deux États, mais il semble maintenant entrer dans une phase plus concrète. Le pont vers Sakhaline, île de la discorde entre Moscou et Pékin, servira à son tour non seulement à souligner son appartenance à la Russie, mais principalement à passer dans l'avenir à la construction d'une liaison ferroviaire entre Sakhaline et Hokkaïdo. Cette dernière est d'ailleurs déjà reliée, par le tunnel Seikan, à la grande île de Honshu où se trouvent de mégalopoles japonaises telles que Kyoto, Osaka, Tokyo et Yokohama.

    Une fois la diversité de ces projets réalisée, le Japon pourra devenir un État continental et il pourra exporter ses productions plus facilement vers le marché russe et ses quelque 145 millions de consommateurs potentiels, ce avant de conquérir le marché européen, poursuit l'auteur.

    La Russie de son côté pourrait ouvrir une fenêtre vers l'Asie, «ce qui faciliterait grandement les échanges avec la troisième économie du monde» qui a toujours besoin de ressources énergétiques.

    Crimée
    © Sputnik . Alexei Pavlishak
    Les conséquences pourront également se faire sentir pour d'autres pays que la Russie et le Japon, estime Fulvio Scaglione. Un jour, il sera probablement possible de voyager en train de Londres à Tokyo via la Russie en moins d'une semaine, suppose-t-il. Un tel scénario pourra chambouler les relations économiques entre l'Europe et l'Asie et redonner à la Russie le rôle de «grand pont entre les civilisations», tandis qu'elle est elle-même un pays faisant partie de ces deux civilisations.

    Dans ce cas, «adieu, isolement!» Et adieu — et non au revoir — aux tentatives faites pour diviser les pays et fragmenter les continents pour qu'il soit plus facile de les dominer, résume le magazine.

    Lire aussi:

    Vladimir Poutine donne son feu vert à la construction d’un nouveau méga-pont
    Russie: le pont entre la Crimée et le Kouban reçoit son nom officiel
    Voici pourquoi il est symbolique que Poutine participe à l’inauguration du pont de Crimée
    Tags:
    marché, liaison, construction, astuces, stratégie, pont, isolement, échanges, coopération, commerce, Pont de Crimée, OTAN, Vladimir Poutine, Hokkaido, Sakhaline, Asie, Pékin, Crimée, Moscou, Europe, Japon, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik