International
URL courte
5202
S'abonner

Les chercheurs polonais ayant examiné pendant une décennie le blazar Markarian 501 ont détecté des oscillations quasi-périodiques dans le rayonnement gamma, se répétant à peu près tous les 332 jours. Bien que l’explication définitive de ce phénomène ne soit pas claire pour le moment, plusieurs théories tentant de l’expliquer ont été formulées.

Les astronomes de l’Université Jagellon, à Cracovie, ont relevé des oscillations rythmiques dans le rayonnement gamma du blazar Markarian 501 (Mrk 501), se trouvant à 456 millions d'années-lumière de la Terre. La cause exacte de ce phénomène reste pour le moment inconnue, apprend-t-on du communiqué de presse publié sur Phys.org.

Les blazars sont des sources quasars très compactes associées à un trou noir supermassif situé au centre d'un noyau actif de la galaxie desquelles s'échappent des jets de plasma extrêmement lumineux.

Les scientifiques ont analysé les données obtenues lors de l’observation de Mrk 501 à l’aide de l’observatoire orbital Fermi Gamma-ray Space Telescope durant une période comprise entre août 2008 et juin 2018. Ils alors détecté des oscillations quasi-périodiques distinctes, se répétant tous les 332 jours environ. Cela étant dit, les modifications de l'intensité des rayons gamma se sont affaiblies ces dernières années.

Les chercheurs estiment que la cause de ce phénomène résiderait dans le fait qu’un double trou noir puisse se trouver à l’intérieur du blazar, ou dans le changement du moment de l’impulsion à l’issue duquel les jets changent de direction ou dans la précession du disque d'accrétion.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
trou noir, recherche, signal, blazar, rayonnement gamma, espace, Markarian 501, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook