Ecoutez Radio Sputnik
    Une voiture de police américaine (archives)

    Une présentatrice risque un an de prison pour avoir passé à tabac une collègue jalouse

    © AP Photo/ File Photo
    International
    URL courte
    393

    Dans la ville américaine de Huntington en Caroline du Sud, une présentatrice météo de la chaîne de télévision WSAZ a été inculpée pour avoir agressé une collègue, a annoncé Charleston Gazette-Mail.

    Un triste fait divers en lien avec la jalousie pourrait coûter un an de prison à une présentatrice de télévision américaine.

    Une météorologue de la chaîne de télévision WSAZ a été inculpée dimanche dernier en Caroline du Sud de violences physiques contre une collègue, lit-on dans le Charleston Gazette-Mail.

    Chelsea Ambriz, 26 ans, une résidente de la ville d'Huntington qui travaille comme présentatrice météo a été inculpée en lien avec une altercation avec sa collègue Erica Bivens.

    La partie plaignante, Erica Bivens, qui anime le journal télévisé aurait subi une perforation tympanique et une fracture du crâne, selon ses dépositions.

    Elle l'a confirmé via Facebook annonçant à ses connaissances qu'elle restait à la maison en convalescence après une fracture du crâne et une rupture du tympan et les remerciant pour leur soutien.

    Selon le rapport de police, une violente dispute a éclaté pour des motifs liés à la jalousie. La victime aurait tenté de séduire l'époux de sa collègue et les deux femmes en sont venues aux mains.

    La météorologue a été déjà reconnue coupable et elle risque une peine allant jusqu'à un an de prison et/ou une amende maximale de 500 dollars.

    Lire aussi:

    «Choquant et troublant»: une vingtaine de crânes humains volés dans une église britannique
    Un hôtel britannique embauche un spécialiste de la météo
    Poutine: loi sur la prison à vie pour recrutement dans des organisations terroristes
    Tags:
    dispute, présentateur de télévision, blessure, Caroline du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik