Ecoutez Radio Sputnik
    Une explosion à Idlib, en Syrie: des dizaines de victimes

    Le relèvement de la Syrie durera tout un siècle, selon Der Spiegel

    © Sputnik . BASEL SHARTOUH
    International
    URL courte
    13122

    La reconstruction de la Syrie est une tâche qui s'étalera sur tout un siècle et qui demandera de 260 milliards à 1 billion d'euros d'investissements, indique Der Spiegel, constatant que l'Union européenne, les États-Unis et les pays du Golfe n'ont plus que ce levier de pression sur la Syrie: les travaux de reconstruction.

    Le relèvement de la Syrie prendra tout un siècle, affirme Der Spiegel. En outre, la reconstruction des infrastructures syriennes demandera de grands investissements que ne peuvent se permettre ni Moscou, ni Téhéran, ni Damas. Or l'Occident ne se hâte pas d'aider la Syrie et lie son soutien financier au processus politique de formation d'un «gouvernement légitime» dans le pays.

    La guerre en Syrie n'est pas encore terminée, mais le dirigeant du pays, Bachar el-Assad, restera selon toute probabilité au pouvoir, indique l'hebdomadaire allemand.

    «L'Union européenne, les États-Unis et les pays du Golfe n'ont plus qu'un seul levier de pression sur la Syrie: la reconstruction du pays», constate-t-il.

    Des spécialistes ont calculé que le relèvement des infrastructures exigerait entre 260 milliards et 1 billion d'euros, les destructions étant très importantes. D'après les estimations actuelles, l'élimination des conséquences prendra entre 10 et 15 ans, alors que Der Spiegel pense qu'il faudra tout un siècle.

    Selon le journal, la guerre en Syrie a déjà coûté cher à la Russie et l'Iran qui ne veulent plus dépenser des milliards d'euros supplémentaires. Cela étant, Bachar el-Assad fonde de grands espoirs sur la Chine qui a plus d'une fois manifesté son souhait de normalisation de la situation en Syrie, la stabilisation étant la condition sine qua non de l'investissement.

    Vladimir Poutine estime pour sa part que c'est l'Occident qui devrait financer la reconstruction de la Syrie. Lors de son entretien récent avec Angela Merkel, il a insisté non seulement sur la création de fonds appropriés, mais aussi sur la levée des sanctions frappant Damas. Toutefois, la chancelière allemande a «freiné Poutine». Selon elle, une aide financière ne serait envisageable qu'en cas de processus politique devant déboucher sur des élections libres. Ce n'est qu'après la mise en place d'un «gouvernement légitime» qu'il sera possible d'évoquer un éventuel assouplissement des sanctions, a-t-elle déclaré.

    Le Président russe espère toutefois que les Européens feront des concessions, puisqu'ils ont intérêt à ce que les réfugiés syriens rentrent le plus vite possible chez eux, affirme le journal allemand.

    La Syrie, elle, est dépassée par l'ampleur de la tâche de la reconstruction, ce qui est visible à Homs.

    «La troisième ville du pays a été libérée par les troupes gouvernementales dès mai 2014, mais depuis, les travaux n'ont presque pas bougé du point mort, les autorités se limitant à des réparations symboliques de bâtiments», indique Der Spiegel.

    En outre, vu la situation tendue avec les Kurdes dans la région, que Bachar el-Assad se propose toujours d'évincer des territoires qu'ils occupent, les autorités américaines ont décidé de suspendre l'aide financière prévue au niveau de 230 millions de dollars (environ 200 millions d'euros). Cet argent était essentiellement destiné aux projets de normalisation de la situation dans les régions qui avaient été contrôlées par les radicaux, notamment à la reconstruction du réseau électrique et du système d'approvisionnement en eau. Or sans processus politique, Washington refuse d'investir dans le relèvement de la Syrie, note Der Spiegel.

    Toutefois, certains autres pays sont prêts à remplacer les États-Unis et ont accepté d'investir, comme, par exemple, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Koweït.

    «Mais tant que la guerre en Syrie ne sera pas terminée, tout ce qui sera reconstruit dans les prochains mois risque d'être rapidement détruit de nouveau», fait remarquer l'hebdomadaire pour conclure.

    Lire aussi:

    SPIEF: des sociétés russes s'engagent pour reconstruire la Syrie
    Que Trump, le 3e doigt de la main et l’Europe ont-ils en commun? La réponse du Der Spiegel
    Sommet sur la Syrie entre Moscou, Paris, Berlin et Ankara: la glace serait-elle rompue?
    Tags:
    investissements, aide financière, sanctions, destruction, infrastructure, guerre, reconstruction, Union européenne (UE), Spiegel, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Bachar el-Assad, Washington, Russie, Chine, Iran, Moscou, Téhéran, Damas, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik