International
URL courte
19464
S'abonner

Le département d'État US a annoncé dans un communiqué le rappel de trois de leurs émissaires en Amérique latine après que les pays respectifs ont changé leur position sur Taïwan.

Les États-Unis ont rappelé pour consultations leurs ambassadeurs en poste en République dominicaine, au Salvador et au Panama, qui avaient décidé de rompre leurs relations diplomatiques avec Taïwan.

«Nos trois chefs de mission rencontreront des dirigeants du gouvernement pour discuter de la façon dont les États-Unis peuvent soutenir des institutions démocratiques et des économies fortes et indépendantes à travers l'Amérique centrale et les Caraïbes», a fait savoir le département d'État dans un communiqué.

Le Salvador a annoncé fin août qu'il ne reconnaissait plus Taïwan. Abandonné précédemment par la République dominicaine et le Burkina Faso, Taïwan n'est désormais plus reconnu que par 17 pays. Le Panama avait quant à lui coupé ses liens diplomatiques avec Taipei en juin 2017.

Washington ne maintient pas de relations officielles avec Taïwan, bien que les États-Unis soient l'allié le plus puissant de l'île et son unique fournisseur d'armes. La Chine considère que Taïwan fait partie intégrante de son territoire et interdit à ses partenaires d'entretenir des relations diplomatiques avec Taipei.

Le rappel des ambassadeurs intervient alors que Pékin et Washington sont engagés dans une guerre commerciale, qui accentue l'irritation entre les deux puissances.

Lire aussi:

L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
guerre commerciale, rappel, relations diplomatiques, ambassadeur, Département d'Etat des Etats-Unis, République dominicaine, Salvador, Panama, Taïwan, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook